Mon nom est Sunny Nwazue et je perturbe les gens. Je suis Nigériane de sang, Américaine de naissance et albinos de peau. Être albinos fait du soleil mon ennemi. C’est pour ça que je n’ai jamais pu jouer au foot, alors que je suis douée. Je ne pouvais le faire que la nuit. Bien sûr, tout ça, c’était avant cette fameuse après-midi avec Chichi et Orlu, quand tout a changé. Maintenant que je regarde en arrière, je vois bien qu’il y avait eu des signes avant-coureurs. Rien n’aurait pourtant pu me préparer à ma véritable nature de Léopard. Être un Léopard, c’est posséder d’immenses pouvoirs. Si j’avais su en les acceptant qu’il me faudrait sauver le monde, j’y aurais peut-être réfléchi à deux fois. Mais, ce que j’ignorais alors, c’est que je ne pouvais pas empêcher mon destin de s’accomplir.


Bienvenue au Nigéria

Vous vous en doutez, cette lecture a été un dépaysement total pour moi! Bien que je connaisse déjà certains éléments de culture rattachés à cette partie de l’Afrique (comme les foufous que j’ai eu la chance de tester à mon travail!), ce livre a été une bouffée d’air frais. J’y ai tout d’abord découvert une héroïne atypique avec Sunny, noire albinos, nées aux US et revenue au Nigéria. Entre deux mondes et cherchant ses racines. Avec quelle, j’ai pu me plonger dans la vie quotidienne au Nigéria, l’école, les marchés, la vie à la maison. Et bien sûr, la magie. Quel changement cette magie! Rien à voir avec celle à laquelle nous sommes habitués! Ici on parle d’hommes et femmes Léopards, de jujus, de mascarades et de visages Esprit! C’était tellement riche et nouveau, j’étais fascinée! C’est une magie qui semble tellement plus rattachée à la nature, à l’animisme et aux ancêtres…j’ai vraiment adoré découvrir tout ça!

Un livre qui sonne vrai

Le fait que l’autrice soit elle même Nigérienne ne joue pas pour rien dans le fait que cette magie, et cette façon de vivre que l’on découvre, soient aussi bien décrites! Elle sait de quoi elle parle, et ça se sent! Nnedi Okorafor arrive aussi à nous montrer la diversité des cultures de l’Afrique, qu’on peut avoir tendance avoir comme un seul grand pays, et non comme un continent extrêmement riche en terme de coutumes. Rien qu’au Nigéria, on retrouve plusieurs langues parlées, un grand mélange des croyances et même ce clash entre Afro-américains et natifs d’Afrique.
Je crois vraiment que cette représentation (et cette histoire en général) sonne si bien car l’autrice nous raconte ce qu’elle connait, et rien ne peut remplacer ça!

Capture-d’écran-2020-04-02-à-22.44.14-1

elise