Il aura fallu une mort pour que le monde sombre. Une mort pour succomber à la tyrannie d’un scientifique fou. Les riches vivent dans l’opulence tandis que les pauvres survivent en bandes organisées, n’ayant qu’en point commun la psychose que leur inspire le despote. Dans ce chaos, Déborah semble être la seule à détenir la clé de sa destitution : une simple renaissance pour redonner de l’espoir aux opposants du régime. Pourtant, les mystères qui l’entourent et la curiosité de l’homme de main du tyran pourraient bien mettre en péril ses projets.


Dans ce roman, on fait face à un monde où un scientifique fou, Fully Craze est devenu un dictateur particulièrement retors. On rencontre Déborah, une jeune femme qui vit du côté riche, car son grand-père est un scientifique renommé, parrainé par le dictateur.  Lui et Fully décident donc de marier Déborah et le bras droit de Fully, Ombre, homme réputé dangereux et solitaire. Sauf qu’ils ne sont pas ce qu’ils paraissent. L’aspect science-fiction apporte une réflexion sur les robots humains vraiment poussée, qui nous amène à nous positionner sur l’empathie envers des êtres créés par la main humaine. J’apprécie aussi la présence de la rébellion, qui n’a jamais cessé de travailler de son côté et de se battre, belle ode à la liberté et à la justice !

C’est un peu trash par moment, à mentionner un TW viol sans scène graphique. Ça me mettait très mal à l’aise parce que sans spoiler, c’est vraiment désagréable et contre-nature. À part ça, on se doute dès le départ que ça va coller entre Ombre et Déborah, car ils cachent tout deux des secrets et sont capables de se comprendre et ainsi de s’aimer. C’est une jolie histoire d’amour, touchante mais avec parfois trop de possessivité ou clichés de la romance auxquels je n’adhère pas. Par contre, j’ai bien aimé l’humour entre les deux, ça ajoutait un aspect très naturel ! Déborah est super attachante, j’ai beaucoup aimé son caractère et sa combattivité, ainsi que sa manière de toujours prendre soin de ses proches, elle est très mature et nuancée.

Les inventions technologiques qu’on découvre sont fantastiques et recherchées. On s’appuie beaucoup sur des laboratoires, des expériences très avancées pour nous, des calculs, des recherches sur l’ADN… Il y a plein de mystères et d’aventures, notamment sur les légendes Inca. On se sent comme dans un film d’action, avec une véritable enquête à mener, sans avoir les mêmes informations que le personnage principal, qu’on sent bien en avance sur nous, mais ce n’est pas dérangeant. Ça faisait longtemps que je n’avais pas ressenti un tel suspense ! Je peux faire quelques remarques sur la syntaxe pas toujours bonne, quelques fautes d’orthographe ainsi que des oublis par moment, mais ce n’est pas du tout gênant dans l’ensemble !

quatre

graziella