Gigi, Bette et June sont danseuses dans la prestigieuse école du Ballet de New York. Lorsque Gigi, nouvelle et seule élève noire, est choisie pour incarner le rôle phare du premier ballet de l’année, les rivalités se déchaînent. Bette, ballerine star de l’école, est prête à tout pour récupérer son titre et éviter la rage de sa mère, qui ne tolère pas qu’elle ne soit pas la meilleure. June rêve quant à elle de ne plus être cantonnée au rôle de l’éternelle doublure. Les trois filles ont bien du mal à résister à la pression du monde impitoyable de la danse. Et les choses vont empirer… jusqu’au drame.


Tiny Pretty Things c’est l’histoire de trois jeunes filles, trois jeunes ballerines, qui sont en compétition au sein d’une école de ballet russe. Je pense que ce n’est un secret pour personne que ce milieu est très exigeant, et peu d’élus voient un jour leur rêve se réaliser. Ce livre nous montre la compétition sous son pire aspect, et je dois dire que j’ai été parfois choquée des actions menées. J’ai parfois craint que quelqu’un finisse par mourir dans ce premier tome !

J’ai aimé chacune des trois visions de ce récit, mais j’ai une petite préférence pour June. J’ai trouvé son histoire plus intéressante que celle des autres, probablement à cause de ses TCA. Je ne suis pas danseuse, je n’ai pas cette pression autour de mon corps, mais j’ai retrouvé dans ses pensées la même dysmorphophobie que j’ai expérimenté lorsque j’étais ado. La quête de son père était également intéressante, même si l’identité de celui-ci est assez facile à deviner. 

Bette est plus froide, plus clinique à mon sens. Son but est simple : redevenir la meilleure, quelque soit le prix, la méthode. Elle ne fait pas dans la dentelle, ni dans la subtilité, et elle est plutôt de la rage pure. Elle a du mal à gérer sa frustration, et 12 ans à la première place ne l’aide pas à réfléchir rationnellement. Gigi est très touchante. C’est une jeune fille vraiment très gentille, et peut-être trop. Elle est extrêmement naïve, et ne se rend pas compte qu’en tant que nouvelle, elle fait une cible privilégiée pour les autres élèves. Son histoire personnelle était sympa, mais c’est celle que j’ai le moins aimé. J’attendais un peu plus de ce personnage, et je pense que dans le deuxième tome elle comblera mes attentes ! A voir ! Bette et Gigi sont des rivales directes, contrairement à June qui n’est pas considérée comme une danseuse exceptionnelle par les professeurs et élèves. Cette tri-vision est d’autant plus intéressante qu’on se rend vraiment compte qu’il faut se méfier de tout le monde, et que beaucoup de facteurs peuvent mener à une situation catastrophique. 

Pour finir, je dirais que j’ai totalement adhéré à l’histoire, et au style. Ces deux autrices ont réussi à produire un sublime récit, parfaitement exécuté et percutant. Un vrai bijou, que je conseille à tous ceux qui aiment le contemporain, les dramas, la danse.

philipinne