LES GRANDS EMBRASEMENTS NAISSENT DE PETITES ÉTINCELLES

La jeune Phoenix, 23 ans, a le goût de la provocation, des rêves bien enfouis, et une faille terrible : il y a trois ans, son père, un scientifique, s’est tué dans un accident de voiture en allant rejoindre une autre femme que sa mère.

Depuis, Phoenix le déteste. À cause de lui, elle a abandonné études et passions et enchaîne les petits boulots. Mais un jour, dans un carton qui dort à la cave, elle découvre la preuve que son père se sentait en danger. Ainsi qu’un appel à l’aide énigmatique, écrit dans une langue étrangère.

Et si elle s’était trompée ? Et si… la mort de son père n’avait pas été un accident ?

Aidée de son jeune frère, un surdoué à l’humour bien ancré, Phoenix se lance à la recherche de la vérité. Mais que pourront-ils, tout seuls, face à un mensonge qui empoisonne le monde ?


Vous devez probablement déjà connaître Julien Sandrel qui a écrit le célèbre La chambre des merveilles – que j’ai pu découvrir avec son autre ouvrage, La vie qui m’attendait.  Il faut clairement que je découvre son premier qui doit être empli d’émotions ! Après avoir adoré La vie qui m’attendait, les éditions Calman Levy m’ont fait la surprise de m’envoyer son nouveau roman, ce qui m’a fait très plaisir. Encore une fois, j’ai retrouvé la plume d’un auteur très humaniste, qui prend le temps de dépeindre ses personnages, de les ancrer dans un décor réel et dans une intrigue avec pleins de questionnements.

Pour ce roman, on découvre Phoénix, une jeune femme qui a perdu son père des années plus tôt. En tombant sur un mystérieux document, elle vient remettre en question la mort accidentelle de son père et en vient à enquêter par elle-même. Bon, je ne peux pas trop vous en dire davantage, mais prenez une pincée d’entreprise multinationale exploitant ses employés au quatre coins du monde, des documents top secrets allant à l’encontre des droits de l’homme, des questionnements écologiques… Et vous commencez à obtenir une tasse de gros problèmes, mais qui permet aussi de critiquer le monde dans lequel on vit. De nombreux journalistes disparaissent chaque année, sans que de grosses enquêtes soient ensuite menées, pour le simple fait qu’ils enquêtaient eux-mêmes sur des sujets lourds et que certains veulent à tout prix cacher. Dans un monde corrompu, la vérité est très difficile à trouver.

On a un rapport à la parentalité qui est aussi très important et touchant : Phoénix en veut énormément à son père d’être mort, jusqu’à l’avoir presque renié, ce qui est un acte assez dur et triste, on peut le dire. Mais sa grand-mère, puis son frère, lui permettent d’ouvrir les yeux sur certaines choses et de changer sa perception. Bon, je ne vais pas vous le cacher plus longtemps, il y a aussi une histoire d’amour, mais cela n’a pas été pour me déplaire car elle m’a semblé très naturelle !

En outre, un roman qui aborde des termes écologiques, critiquant un aspect de notre monde géo-politisé, et mettant en avant des valeurs importantes avec une touche d’émotion. 

quatre
lolita