Némésis est une diabolic, une humanoïde chargée de protéger Sidonia, la fille d’un sénateur. Lorsque le tyrannique empereur Domitrian apprend que le père de Sidonia fomente un complot, il convoque cette dernière à la cour pour en faire un otage. Némésis prend alors la place de Sidonia et se rend à la cour où elle doit aller contre sa nature de tueuse et prend conscience de son humanité. 


Dans ce livre, nous suivons Némésis, une Diabolic, créée pour aimer et protéger une seule et même personne : la jeune Sidonia Empyrée, la fille d’un sénateur en disgrâce. Tout son être respire le danger, et aux yeux de tous, et même des siens, elle est un monstre. De tous, sauf de Sidonia, qui semble penser qu’elle est plus qu’une Diabolic. Que peut-être, elle est un peu humaine. Un jour pourtant, le père de Sidonia commet une faute impardonnable aux yeux de l’empereur, qui requiert la présence de la jeune fille comme otage. Pour la protéger, Némésis prend sa place et se fait passer pour elle à la cour. Elle va devoir évoluer parmi les ennemis des Empyrée, au milieu de complots et de trahisons.

Ce que le résumé ne nous dit pas vraiment, c’est que l’histoire se passe dans un futur éloigné, où l’humanité, pour survivre, est partie coloniser les étoiles. La haute bourgeoisie, la grandiloquie, vit à bord de vaisseaux, tandis que la plèbe, le petit peuple, appelé l’excédent, vit sur plusieurs planètes viables, à la merci des éléments et des soleils. La majeure partie de l’histoire se déroule donc dans l’espace, à bord de vaisseaux.

Ce qui est vraiment notable dans ce livre, c’est le parallèle avec notre époque. Le futur est éloigné, et finalement pas tant que ça, lorsqu’on regarde les relations entre le pouvoir et la science. Les technologies utilisées sont certes novatrices, mais on en n’est pas si loin non plus. ça rajoute une petite dimension dramatique, un sentiment d’urgence pendant la lecture.

J’ai adoré Némésis. Elle est intrigante, et j’aime être plongée dans la tête d’une personne censée être dépourvue de sentiments et de compassion, en dehors de Sidonie bien sûr. Loin de sa protégée, elle va découvrir la vie, la vraie, même si elle se fait passer pour la fille du sénateur. Elle reste malgré tout fidèle à elle-même, et n’hésite que peu à prendre des décisions capitales. Son évolution m’a beaucoup touchée.

quatre
philipinne

http://leslecturesdefreeya.blogspot.com/