Dévoré d’ambitionPoussé par la compétitionIl va découvrir que la soif de pouvoir a un prixC’est le matin de la Moisson qui doit ouvrir la dixième édition annuelle des Hunger Games. Au Capitole, Coriolanus Snow, dix-huit ans, se prépare à devenir pour la première fois mentor aux Jeux. L’avenir de la maison Snow, qui a connu des jours meilleurs, est désormais suspendu aux maigres chances de Coriolanus. Il devra faire preuve de charme, d’astuce et d’inventivité pour faire gagner sa candidate. Mais le sort s’acharne. Honte suprême, on lui a confié le plus misérable des tributs : une fille du district Douze. Leurs destins sont désormais liés. Chaque décision peut les conduire à la réussite ou à l’échec, au triomphe ou à la ruine. Dans l’arène, ce sera un combat à mort. Pour assouvir son ambition, Coriolanus parviendra-t-il à réprimer l’affection grandissante qu’il ressent pour sa candidate, condamnée d’avance ?


Du côté du Capitole

Dans Hunger Games, nous nous trouvions au District 12, cette fois-ci nous sommes à l’opposé du spectre du pouvoir: au Capitole. Mais ce n’est pas un Capitole glorieux comme nous l’avions découvert, non, ce Capitole là souffre encore de l’après guerre. Ce qui inclue la famille Snow, qui a perdu sa fortune et a subi la famine comme le reste des habitants de la ville. Mais en tant qu’une des familles les plus prestigieuses du Capitole, ils font tout pour garder une image extérieure prestigieuse. En particulier Coriolanus Snow. Sans le sou, prêt à perdre l’appartement familial, son seul espoir est de remporter un prix à son école qui payera pour son université. Sa chance vient avec les 10èmes Hunger Games, car lui et 23 de ses camarades seront sponsors des jeux! Chacun aura un tribut à coacher pour les jeux, à vendre aux spectateurs. Si leur tribut gagne, le sponsor gagne aussi! Et cette année, les jeux sont très différents….

La genèse des Hunger Games

J’ai adoré découvrir ici le début des Hunger Games, et pouvoir les comparer avec ce qu’ils allaient devenir! Parce que en cette dixième année de jeu, ce n’est vraiment pas un spectacle! Les jeunes sont tout simplement mis dans une arène, avec des armes, et se battent. Mais il est temps que les choses changent: les sponsors tout d’abord sont une nouveauté, mais aussi de nouvelles idées qui apparaissent, comme le début des dons au tributs, ou le fait que ces derniers montrent un de leurs talents. On voit se dessiner ce qui petit à petit ce qui deviendra un « spectacle » suivi par tous dans les années futures!
En parlant des tributs, Snow ce retrouve attribué la pire possible: la fille du Douze, qui part perdante… ou peut être pas. Car Lucy Gray se révèle au finale pleine de surprises, et entre elle et Snow va se nouer une relation qui va dépasser celle du sponsor et son tribut…pour le meilleur ou pour le pire?

Parlons un peu plus de Snow..

Parce que c’est quand même le personnage principal de cette histoire! J’avais vraiment beaucoup d’appréhension avant de commencer ce livre, car je déteste quand les auteurs décident d’écrire sur le vilain de l’histoire et lui donne des excuses pour ce qu’il devient. Ici, fort heureusement, ce n’était pas le cas. Car malgré sa jeunesse, on voit chez Corionalus un grand côté manipulateur, parfois cruel, sa facilité à utiliser les autres, et sa soif de pouvoir. Et j’ai adoré ça, que l’on puisse voir aisément comment le jeune Snow allait devenir le Président cruel que nous avions découvert dans Hunger Games!

Il y a un autre aspect important dans ce livre: la romance entre Snow et Lucy Gray. Ça ne m’a pas trop dérangé, mais ce n’était pas non plus mon aspect préféré de l’histoire. J’ai aimé leur relation au delà de la romance par contre! Leurs discussions, leurs plans et les réflexions que Lucy Gray faisaient naitre chez Snow. Aussi, sur un autre niveau, Lucy Gray était l’excuse parfaite pour faire des clins d’oeil aux Hunger Games, à vous de découvrir comment! En résumé, ce prequel est pour moi une  lecture incontournable pour tous les fans de Hunger Games!

cinq
elise