Emika n’est pas sortie indemne du championnat Warcross. Déterminée à mettre fin aux sinistres projets d’Hideo Tanaka, son ancienne idole, elle s’unit aux Phoenix Riders. D’autant plus qu’une nouvelle menace s’insinue dans les rues de Tokyo : quelqu’un a mis la tête d’Emika à prix. Sa seule chance de survie est Zéro, celui qu’elle a traqué pendant des semaines pour Hideo ! Emika découvre bientôt que sa protection a un prix. Jusqu’où sera-t-elle prête à aller pour détruire Hideo, l’homme pour lequel elle aurait sacrifié sa vie ?

Retrouvez ma chronique du tome 1.


Connaissez-vous le doux sentiment de la déception qui vous saisit quand vous êtes persuadé que vous allez aimer un livre, mais qu’il finit par aller à l’encontre de toute vos espérance ? C’est ce qui m’est arrivé avec La Revanche. Dire que j’avais aimé le premier tome serait un euphémisme : je l’ai adoré, je l’ai dévoré en quelques heures, et j’en redemandais. J’ai donc acheté le deuxième tome avec impatience, car j’avais envie de me replonger dans ce monde juste génial avec ces personnages si attachants et intéressants. Je voulais retrouver Warcross, ce jeu vidéo qui a fini par envahir la réalité, Emika et son équipe, vivre de nouveaux matchs haletants dans ces arènes virtuelles. Je n’ai rien eu de tout ça.

À la place, j’ai eu l’impression de ne pas du tout lire une suite. Les pages défilaient, et je m’interrogeais : « Où est Warcross ? Quel est le lien avec le premier tome ?« . Le premier livre s’est terminé sur une révélation assez bouleversante qui a occupé toute l’intrigue du deuxième tome. Plutôt logique, me direz-vous, mais voilà le problème : cette révélation n’avait presque aucun rapport avec l’essence même de Warcross. L’autrice nous a complètement sortis de cette ambiance si particulière du livre précédent, si bien que j’étais complètement perdue. Résultat, j’ai été incapable de m’investir à 100% dans l’intrigue, et je ne suis allée au bout du livre qu’avec l’espoir que ça allait s’arranger, que j’allais me dire « Mais oui, je vois le lien maintenant !« , mais cette révélation n’est jamais arrivée.

Je dois néanmoins être honnête : ce livre n’a pas que des mauvais côtés. C’est juste qu’il est décevant car il ne poursuit pas sur la lancée très prometteuse du premier tome. L’intrigue, même si elle semble sortie du chapeau d’un magicien, tient la route et certains points méritaient d’être plus étendus. S’il s’était agi d’un one-shot, elle aurait été fantastique ! De plus, retrouver Tokyo à travers les yeux de Marie Lu est toujours un plaisir !

deux
coralie