Kimiko, jeune Californienne d’origine japonaise, prépare son admission dans une université d’arts réputée. Seulement, voilà : depuis plusieurs mois, elle est incapable de dessiner quoi que ce soit. Malgré la peur grandissante de décevoir sa mère, qui ignore la crise qu’elle traverse, ses toiles restent désespérément blanches, au profit de créations plus récréatives, comme la robe en emballages de sucreries qu’elle a réalisée pour sa meilleure amie, Bex. Alors, quand ses grands-parents restés au Japon l’invite à leur rendre visite, elle saute sur l’occasion pour se libérer de l’atmosphère étouffante qui a envahi la maison. Arrivée sur place, elle a tôt fait de se perdre dans le dédale des rues de Kyoto. Et c’est au détour d’une boutique de mochis, cette délicieuse pâtisserie aux couleurs du printemps, que Kimi fait la rencontre d’un jeune étudiant pas comme les autres, Akira, qui va se donner pour mission de l’aider à trouver sa voie… Une ville haute en couleurs, des mochis, des cerisiers en fleur, quelques havres de méditation… et si c’était tout simplement ça, la recette du bonheur ?

✊🏽 Personnages japonais

:mega: Autrice ownvoice

:rainbow_flag: Personnage secondaire lesbienne


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Fleurus. Merci à Claire pour sa confiance.

Dans ce roman, Kimi part à la découverte de ses origines, et plus important, à la découverte d’elle même. Née au Etats-Unis, elle est une Nippo-Américaine qui n’a jamais visité le Japon, alors que ses grands parents maternels y habitent. Elle ne les connaît pas, et le climat familial n’est pas très bon entre sa mère et eux. Pourtant, à l’aube d’une grande décision pour Kimi (s’inscrire dans une école ou une université), ses grands parents lui offrent un billet pour venir les rencontrer, à Kyoto. Elle va donc les découvrir, découvrir cette superbe ville, et découvrir ce qui la passionne au plus profond d’elle même. Et si un beau garçon se rajoute à l’équation, comment dire non ?

J’ai adoré les personnages de ce roman. Souvent, dans le contemporain, je trouve les personnages un peu bêtes, un peu clichés. Ils font des choix qui sont la plupart du temps idiots, ce qui provoque 1001 problèmes, et m’exaspèrent au plus haut point. Ici, j’ai trouvé que tout était cohérent. Il y a une certaine maturité qui m’a beaucoup plu, tout en gardant le questionnement de Kimi quand à son avenir.  

L’histoire était vraiment mignonne, intéressante, prenante, et parfois triste, et je l’ai beaucoup aimé. Elle est un peu rapide, ce qui est globalement ce que je reproche aux contemporains, qui sont souvent des standalones. Ici, la majorité de l’histoire se déroule en deux semaines, et il se passe beaucoup de choses. Cependant, tous les événements étaient bien amenés, et j’ai été totalement happée. L’écriture est fluide, douce, et l’immersion a été totale.

J’avais très envie de lire ce livre, pour la simple et bonne raison que je suis allée à Kyoto l’année dernière, et que j’adore redécouvrir les lieux que j’ai visité dans des récits ou romans. J’en ai découvert de nouveaux avec cette lecture, et je n’ai qu’une envie : repartir là bas et me jeter sur ces délicieux mochis !

quatre
philipinne