1910. Après des années d’un mariage désastreux, Lady Eleanor Grant est enfin libre de mener sa vie comme elle l’entend. Grande amatrice d’égyptologie, elle décide de se rendre dans ce pays qu’elle a si souvent fantasmé, l’Egypte. Là-bas, elle va faire la connaissance de Karl Schaffenberg, un éminent professeur allemand. A eux deux, ils décryptent de vieux parchemins, trouvés dans la tombe d’un Grand Prêtre, qui leur révèlent une fantastique découverte : une nouvelle reine égyptienne, Nitetis, inconnue jusqu’alors, vient complètement bouleverser l’ordre dynastique. Lors de cette enquête, Eleanor est amenée à recroiser la route du brillant gallois, Warren Crowley. Intrigué, ce dernier se laisse entraîner par cette étrange aventure, et se révèle être un précieux allié, pour suivre les traces de cette reine oubliée. Mais pourquoi n’a-t-on jamais entendu parler de cette Nitetis ? Qu’a-t-elle donc fait pour subir la Damnatio Memoriae ? Parfois, certains secrets bien gardés devraient le rester.


Les tribulations de Lady Eleanor Grant est le premier tome d’une série publiée par J.James en auto-édition. Chaque tome suivra notre héroïne Eleanor dans différents coins du monde, toujours en exploration ! Pour tout vous dire, le genre de ce roman m’a grandement fait penser à la BD et au film au titre éponyme : Les aventures d’Adèle Blanc-Sec, car on a un mélange entre historique/policier/fantastique, dans une seule et même oeuvre. Il s’agit avant tout d’un roman d’exploration dans le XXe siècle. Bien évidemment, vous vous douter qu’il est assez dure pour Eleanor de se faire bien voir en tant qu’exploratrice car il s’agit d’une femme, et qu’à cette époque, elles n’étaient pas bien accueillies dans la profession. A noter que ce livre est pour un public averti – il y a notamment quelques scènes érotiques.

Ce qui m’a directement happée dans ce roman, c’est la construction de personnages réalistes et attachants. On comprend très bien leurs états d’esprit, leurs motivations, et il est assez aisé de s’intéresser à eux. Il y a Eleanor, notre aventurière casse-coup qui est prête à tout pour en apprendre plus sur l’Egypte et l’étrange histoire d’une reine oubliée. Elle va être accompagnée tout le long de son voyage par deux hommes : un professeur et le grand Warren Crowley qui ne la laisse clairement pas indifférente. La relation entre Eleanor et Warren est bien développée et certaines scènes entre eux deux sont très bien développées – on reprochera toutefois que cet homme garde l’image habituelle du Don Juan que l’on peut excuser car il change au fil du roman. Même si j’ai aimé son personnage, il garde sa part de cliché. En dehors de ça, l’intrigue en elle-même est merveilleuse : on découvre en même temps qu’Eleanor les secrets derrière une reine cachée, oubliée d’Egypte, et qui était devenue une Pharaon. Or, les femmes ne pouvaient pas en devenir, et le groupe d’explorateur va alors devoir faire de nombreuses recherches pour démêler la vérité.

L’intrigue se pose doucement, mais sûrement, et l’action évolue graduellement. La lecture se fait d’autant plus agréable et représentative avec environ dix illustrations en noir et blanc au fil des pages – elles sont juste splendides et rendent parfaitement compte du physique des personnages. Et puis, vous avez vu cette couverture ? Il est clair que le travail éditorial est très réussi bien que quelques fautes – ou plutôt des petits oublis de mots – se retrouvent dans le roman, mais cela reste assez mineur. Si vous souhaitez une histoire d’aventure palpitante, avec une héroïne prête à tout, une romance bien développée et réaliste, de nombreuses références sur l’Egypte de l’époque des pharaons avec des recherches très développées sur le sujet… Vous êtes au bon endroit !

cinq
lolita