Vivre, quand on a seize ans, au sein d’un clan de sorcières sociopathes n’est pas facile tous les jours, moi, je vous le dis. Entre les cours de sortilèges, de potions et de magie élémentaire des Vikaris, je suis au bout du rouleau. Alors, si en plus, on commence à ramasser les cadavres dans tous les coins, je sens que je ne vais pas tarder à provoquer un massacre. Parce qu’on peut dire ce qu’on veut : la patience, chez nous, n’est décidément pas un trait de famille…


Spin-off

Leonora Kean est le spin-off de Rebecca Kean. Mi-sorcière, mi-vampire, on apprend dans la saga mère que Leonora est en fait un peu plus que ça. L’action de ce livre se déroule entre le tome 6 et 7 de Rebecca Kean.

A mon sens, il est important d’avoir lu la saga originale pour apprécier ce premier tome. En effet, certains sujets ont déjà été traités en amont et permettent une meilleure compréhension du comportement de Léo. Notamment vis à vis de son âge ou encore de sa mission.

Rock’n’roll

Le style rock’n’roll de Cassandra O’Donnell nous plonge dès la première page dans le vif du sujet. Âmes sensibles et adeptes du premier degré, passez votre chemin. En revanche, si vous aimez le loufoque et les questions de rhétorique, alors vous êtes au bon endroit. Ici, rien n’est vraiment pris au sérieux et la jeune fille a des raisonnements qui sont aussi drôles que ceux de sa mère.

Je me suis vraiment amusée à lire cette suite qui n’en est pas une. J’ai également apprécié que ce livre se termine sans réelle ouverture. Ca permet de ne pas attendre indéfiniment la suite.

Mais encore ?

Cependant, j’ai certaines attentes quant au second tome. Si celui-ci était drôle, frais, il ressemblait tout de même énormément à ceux de la saga originale. Il n’y a pas grand chose de nouveau et si l’auteure continue dans cette voie on risque de tourner en rond. Ceci étant, j’espère qu’elle travaillera encore plus le côté sombre de Léo et Ariel, quitte à s’essayer à la dark fantasy.

Je termine avec deux petits points négatifs concernant le travail éditorial / la relecture. Une incise se retrouve transformée en dialogue et tout un passage (une demi page) est écrit à la troisième personne alors que tout le récit est à la première. Si ces erreurs avaient été au début de l’histoire, j’aurais abandonné ma lecture. Malgré tout, je vous conseille de vous laisser tenter !

trois
angelique