Cette année de première s’annonce particulière pour Aurore : à la suite d’un accident de vélo, elle vient de perdre le goût et l’odorat. Au lycée, elle fait tout pour cacher ce handicap, invisible aux yeux des autres. Mais en réalité, ce trouble s’avère plus envahissant que prévu, surtout quand Antoine, un garçon sur lequel elle fantasme depuis des mois, semble enfin s’intéresser à elle. Privée de deux sens sur cinq, Aurore a soudain le sentiment que son propre corps lui est étranger. Comment poursuivre une vie sexuelle à peine amorcée quand on ne sent rien, pas même sa propre odeur ?

:wheelchair: Personnage principale handicapée (handicap invisible : anosmie)
:fist_tone4: Personnages secondaires racisés 
:rainbow_flag: Personnages secondaires LGBT+


La mise en avant d’un handicap invisible

Aurore est une jeune adolescente normale jusqu’à ce fameux accident… de vélo ! Après une lourde chute, la jeune femme perd tout goût ou odorat : elle souffre d’un handicap invisible, l’anosmie, qui va lui occasionner énormément de stress dans son nouveau quotidien. Et si elle ne sentait pas la fumée, dans la cuisine ? Et si, elle ne ne sent pas son odeur après le sport et qu’elle pue ? Et si, et si, et si… Aurore essaie, tant bien que mal, de reprendre le contrôle de sa vie mais ce n’est pas évident.. Alors que LE garçon sur lequel elle craque depuis un moment l’invite à une soirée, elle est aux anges. Mais elle ne se doutait pas qu’elle ferait l’objet d’un revenge-porn dès le lendemain sur les réseaux sociaux. Heureusement, sa meilleure amie est là pour la soutenir et l’aider à appréhender son handicap.

Une réflexion sur la condition féminine et le regard des autres

Le goût du baiser offre des réflexions intéressantes tant sur la place de la femme et les normes auxquelles elle peut être sujette. La mère d’Aurore semble avoir un regard très acéré sur ce qu’elle mange : Aurore est si belle, il ne faudrait pas qu’elle prenne du poids, voyons… Et son visage, son si beau visage, il ne faudrait pas qu’il soit abîmé. C’est pourquoi quand l’adolescente fait part à ses parents de son désir de boxer, elle se heurte à un « non » catégorique. Mais Aurore s’en fiche : elle se rend à la salle de boxe et libère ses peurs, ses colères et parvient, peu à peu, à reprendre le contrôle sur son corps qui ne fonctionne plus entièrement. Au travers de la boxe, Aurore prend sa vie à pleine main et s’épanouit, sous le regard du lecteur.

Un roman pour les adolescentes… oui mais pas que !

Au travers de ce roman, Camille Emmanuelle évoque des thématiques tels que le féminisme, mais aussi le harcèlement, le revenge-porn et, surtout, la masturbation féminine. Camille Emmanuelle parle de ces sujets pouvant être pensés comme tabous mais offre un espace de parole sain et légitime. C’est un roman qui porte plusieurs voix et qui les fait entendre au travers des personnages d’Aurore mais aussi de Bintou, sa meilleure amie, une jeune femme qui n’a pas la langue dans sa poche. Ce roman peut parler aux adolescentes, mais aussi aux adolescents tant les thématiques de l’amour, du rapport au corps et du consentement ont toute leur importance.

coup de coeur
lilie