« Il trahissait depuis près de vingt ans. L’Irlande qu’il aimait tant, sa lutte, ses parents, ses enfants, ses camarades, ses amis, moi. Il nous avait trahis. Chaque matin. Chaque soir… »


Mon traître est un roman paru en 2008. Il aborde les thématiques de l’amitié, de la famille, du conflit britannico-irlandais. Et de la trahison. Sorj Chalandon est journaliste avant d’être auteur. Il est notamment connu pour son reportage sur le procès Klaus Barbie dont il a reçu le prix Albert Londres en 1988. 

Mon traître est à la fois un roman, un récit et un témoignage. Sorj Chalandon utilise Antoine le luthier de Paris et Tyrone Meehan, figure emblématique de la lutte nord-irlandaise, pour parler de sa relation avec Denis Donaldson. Ce dernier était membre de l’IRA et du Sinn Féin. En 2005, sa collaboration avec le MI5 et le Special Branch, du service de police de l’Irlande du Nord, est rendue publique. 

L’amoureuse de l’Irlande en moi a été retournée par cette histoire. J’ai envie d’en savoir plus sur cette division, sur ces heures tristes et dramatiques de l’Histoire irlandaise. Et si je n’ai pas eu du coup de coeur, c’est uniquement parce que la réalité de ce récit est extrêmement violente. Imaginez que la personne qui vous fait tout découvrir n’est finalement pas digne de confiance ? 

Ici, Sorj Chalandon utilise de nombreuses descriptions et répétitions mais elles n’alourdissent pas le texte. Elles permettent de créer une ambiance, de donner du poids au récit. Au fil des pages on s’imagine aisément le Belfast des années 70, on se prend d’amitié pour Tony, puis, plus loin, pour l’épouse de Tyrone. Pour toutes ces personnes qui ont croisé la route du traître. A savoir que malgré le titre, il ne s’agit pas vraiment de l’histoire du traître, mais plutôt de celle du trahi. Des trahis. Il me faut maintenant lire Retour à Killybegs qui est écrit du point de vue du traître et qui semble encore plus poignant.

cinq
angelique