Daisy Jones & The Six… Le groupe de rock le plus mythique de tous les temps. Leurs concerts remplissaient les stades aux quatre coins de la planète et ils ont enflammé les nuits de toute une génération. De leurs débuts dans les bars miteux d’un Sunset Strip écrasé de soleil californien à la gloire, leur histoire est celle d’une ascension fulgurante. De l’euphorie qui vient avec le succès, des excitants qu’on prend pour entretenir la magie et des calmants qu’on avale pour essayer de dormir.
C’est l’histoire du rock’n roll.


Ce roman est à la fois un coup de coeur et une énorme déception. Comment est-ce possible ? Et bien… il s’agit du récit de l’histoire du meilleur groupe de rock des années 70 associé au fait que ce groupe n’existe pas. N’a jamais existé. A la fin du livre j’avais le coeur brisé de me rendre compte que je ne pourrais jamais les écouter, les voir en concert. 

Mais commençons par le commencement.

Taylor Jenkins Reid s’est inspirée du groupe Fleetwood Mac pour écrire ce roman à la construction particulière. Daisy Jones and The Six a disparu des radars depuis plus de trente ans mais une journaliste a retrouvé leur trace et décidé de les interviewer pour écrire leur histoire. Nous allons donc découvrir les souvenirs de plusieurs personnes : les membres du groupe, leurs amis, les personnes qui ont travaillé avec eux. De leur création à leur explosion en plein vol, après le meilleur concert de leur carrière, tout nous sera raconté. Mais les souvenirs ne sont pas les mêmes d’une personne à l’autre et certains témoignages se contredisent. C’est une des richesses du roman ! 

J’ai adoré découvrir l’histoire de Billy et Camila Dunne, de Daisy Jones, de Karen Karen, de Graham, Warren, Eddie… De toutes ces personnalités si bien travaillées qu’on croit vraiment qu’elles ont existé ! Quelle frustration de se rendre compte que non. Petite précision : j’ai écouté ce livre. Grâce à Audible. Et si je ne suis pas fan de l’audiobook en temps normal, ici c’est vraiment parfait. Les acteurs font un travail génial et donnent encore plus de réalisme à cette histoire. J’avais l’impression d’écouter une vraie interview !

Daisy Jones and The Six a une construction vraiment particulière. C’est un roman qui sous ses airs de simple récit aborde beaucoup de thématiques et toutes ne sont pas très reluisantes. Les excès des drogues, du sexe, de l’alcool. Taylor Jenkins Reid a créé des femmes profondément féministes. Si l’histoire tourne essentiellement autour de Billy, Daisy et Camila, ma préférence va à Karen. Cette femme … j’aurais aimé la connaître !

Du vrai dans le faux

Tantôt doux, tantôt violents, les témoignages ne nous laissent pas indifférents. Parce que si ce groupe n’existe pas, il est facile d’imaginer que c’est ce qu’on vécu les membres des Red Hot Chili Peppers, Scorpions, Fleetwood Mac, et autres icônes du rock’n’roll. Et si ces noms ne vous disent rien, sachez qu’en 2020 l’industrie de la musique tourne toujours de la même manière : des drogues pour tenir toute la nuit, des calmants pour dormir toute la journée. Du sexe et des groupies. Un ou deux mecs un peu sérieux pour tenir secrètes ces manigances, et le tour est joué.

Une série est en préparation sur Amazon Prime et autant vous dire que j’ai énormément d’attentes. La bande originale a intérêt d’être à la hauteur de celles-ci. Certaines paroles sont déjà écrites (quand je vous dis que c’est frustrant !) et j’ai hâte de voir qui sont les personnes qui sauront les interpréter. Pour conclure, je ne peux que vous encourager à vous procurer ce livre, à le dévorer et à écouter du bon vieux rock’n’roll !

coup de coeur
angelique