Après avoir échappé de peu aux griffes de la reine Imea, Silver Batal et son dragon d’eau, Hiyyan, sont forcés de fuir la cité royale de Calidia. Traqués par des mercenaires, les deux amis décident de quitter le désert et de trouver refuge au nord du continent. Or ces vastes étendues enneigées sont pleines de danger : elles abritent non seulement de nombreuses créatures des montagnes, mais aussi de féroces dragons des glaces à la morsure empoisonnée. Parti avec sa dresseuse explorer un glacier truffé de cachettes, Hiyyan se fait attaquer par un dragon belliqueux et tombe gravement malade. Pour lui sauver la vie, Silver est contrainte de se lancer à la recherche d’une des légendaires pierres de cœur de dragon d’eau. Sa quête l’emmène aux confins du pays, depuis les sommets d’une vertigineuse chaîne de montages où vivent les énigmatiques Guetteurs, jusqu’aux petites îles côtières où l’attendent des rencontres surprenantes.

Retrouvez ma chronique du tome 1.


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Lumen. Merci à Hermine pour sa confiance.

Dans ce deuxième tome, nous retrouvons Silver, Mele, Nebekker et leurs dragons respectifs perdues dans les montagnes, à la mercie de la neige et du froid. Elles se cachent en attendant d’obtenir l’asile du roi des contrées océaniques, et n’ont d’autres choix que de prendre leur mal en patience et de chercher un refuge. Malheureusement, Hiyyan, le dragon de Silver, se fait empoisonner, et le sauver devient la priorité.

Je vais aller droit au but, pour moi ce tome est un tome de remplissage. Pendant toute ma lecture, j’ai eu le sentiment que l’action traînait en longueur, que certains passages avaient été rajouté pour retarder le dénouement d’une situation, etc. J’ai vraiment eu l’impression qu’on avait pris un évènement assez long de la saga, et qu’on avait décidé de l’étoffer à l’extrême pour en faire un tome à part entière. Et c’est dommage, parce que pour moi ça n’a pas fonctionné.

J’avais beaucoup aimé le premier tome, que j’avais trouvé très rythmé malgré le passage obligé de la construction de l’univers. Là j’ai été complètement détachée du récit. J’étais prête à abandonner ma lecture à 35% du livre, et il a fallu presque 60% pour que les évènements s’accélèrent.

Dans ce tome, on en apprend plus sur les pierres de cœur – des pierres très rares aux propriétés exceptionnelles, sur les relations entre les hommes et les dragons, et sur les dragons eux mêmes. C’est pour moi ce qui sauve ce tome, même si on obtient ces informations que très tard dans le livre. La relation entre la jeune fille et son dragon reste un petit rayon de soleil, et ce tome renforce leur connexion, ce que j’ai beaucoup apprécié.

En conclusion, c’est un avis très mitigé que j’ai pour ce deuxième tome. L’action est lente, l’histoire peu intéressante pour la majorité du livre. Mais les réflexions sur l’origine des liens entre les dragons et les hommes m’intriguent tout de même, suffisamment pour me donner envie de laisser une chance au dernier tome de la saga, en espérant avoir plus de rythme et de rebondissements.

deux
philippine