« Les dés sont jetés, je n’ai plus rien à perdre. En poussant un cri pour me donner du courage, je lève les bras au-dessus de ma tête. Avant que tu ne réagisses quinze centimètres de lame s’enfoncent dans ta chair. »

Une adolescente, retrouvée inconsciente en pleine forêt, émerge lentement du coma. Que lui est-il arrivé ? Pendant que la police mène l’enquête, Pauline Carel, jeune avocate pénaliste, est commise d’office pour défendre Mathieu, un brillant étudiant en médecine accusé d’un double homicide. Carriériste, ambitieuse et perfectionniste, Pauline y voit l’opportunité de se faire un nom. Alors qu’elle se bat pour blanchir son client, elle est rattrapée par son passé…


Chronique réalisée en tout honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Marabout. Merci à Anne pour sa confiance.

Ce roman nous plonge directement dans l’ambiance noire des polars. Nous ne sommes pas épargnés puisqu’un meurtre est commis dès la première page. Et si l’on pensait que c’était là le début de l’histoire, l’auteure nous mène par le bout du nez en faisant un bond dans le temps de 15 années. Une nouvelle époque, de nouvelles histoires (et pas des plus joyeuses). Le ton est donné et il n’appelle pas aux barres de rires. Pétronille Rostagnat, manie sa plume comme une épée et c’est à la fois merveilleux et frustrant. Quand on pense savoir où l’on va, qui nous parle, de nouveaux possibles apparaissent.

Bien que plusieurs personnages soient au cœur de ce thriller, le fil rouge est Pauline, jeune avocate commise d’office dont les dents rayent le parquet. J’ai particulièrement apprécié ce personnage et son évolution dans le système judiciaire. Elle est prête à tout pour faire innocenter Mathieu, son client, et cette justice à plusieurs vitesses, plusieurs acteurs, lui permet de frôler avec l’honnêteté.

Il est compliqué de parler de ce livre sans trop entrer dans les détails, alors voici ma conclusion : Un jour tu paieras est un très bon roman à suspense, bien construit, et psychologique. Les amateurs du genre l’apprécieront très certainement !

trois
angelique