Protéger le monde de l’apocalypse n’est pas une mince affaire, et l’organisation secrète O.R.A.C.L.E (Organisation de Régulation des Accidents, Conflits et Litiges inter Espèces) en sait quelque chose. Dévoués à la sauvegarde du statu quo entre le surnaturel et le commun depuis la nuit des temps, ses agents jouent des pieds et des mains pour empêcher les différentes races présentes sur Terre de s’entre-déchirer. Discrétion, efficacité, pragmatisme : tels sont ses mots d’ordre. Celle qui les incarne le mieux est Youna, semi-elfe et officier autoritaire de la zone Celte. Prête à tout pour remplir ses fonctions, elle dirige d’une main de fer une unité d’intervention composée d’agents hauts en couleur : Talmad, faune aux prothèses bioniques, Netun, Korrigan affligé d’un trouble anxieux pathologique et Eliaz, jeune informaticien doté de pouvoirs psychiques. Lorsque Youna et son équipe sont chargés d’enquêter sur une sordide série de meurtres au cœur de la zone Celte, ils ne savent pas encore que ces crimes ne sont que le début d’un véritable jeu de massacre. Une folie contagieuse, dont les racines s’enfoncent loin dans l’obscurité…


Chronique réalisée en tout honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Le Temps Editeur. Merci à Thierry pour sa confiance.

La Bretagne, ça vous gagne!

    Bon ok, je commence avec une phrase d’accroche un peu pourrie haha, mais je n’ai pas pu résister! Dans Korrigans, Justine Morvane nous plonge au sein d’une organisation secrète qui se cache très proche de nous: O.R.A.C.L.E (Organisation de Régulation des Accidents, Conflits et Litiges inter Espèces). On y trouve toutes sortes de créatures: fées, nains, sorcières, elfes, faunes et bien sûr les korrigans! La magie y est omniprésente… et ils veillent à ce qu’elle reste cachée. Pour cela, il y a l’équipe de choc: Youna, une demi-elfe noire, Talmad, un faune aux prothèses bioniques et Netun, un korrigan faisant de l’anxiété sociale, sont là pour veiller au grain! Ok, leur équipe a tendance à causer autant de dégâts qu’elle en répare, mais quand des humains se mettent à mourir, apparemment de la main de Korrigans rebelles (ce qui brise l’accord de Paix inter-espèce), c’est eux qui vont devoir s’en charger, avec un rajout inattendu à leur équipe: Eliaz, un technopathe plein de secrets.

   Moi qui ait l’habitude de voir ce genre de société secrète surtout dans les romans anglophones, comme les Rivières de Londres ou Jazz Parks, j’étais ravis de retrouver cette idée ici à la forme française. Parce que les enquêtes paranormales/fantasy, je suis fan. Et ici, je n’ai pas été déçue! On a une investigation pleine d’actions et de rebondissements, de course poursuite et d’explosions, et même si la révélation du coupable n’était pas le moment le plus fort de l’histoire pour moi, j’ai vraiment apprécié cet aspect du livre. Mais, au final, ce qui m’a le plus plu, c’est l’univers en lui même, et les personnages qui l’habitent. Revoir toutes ces créatures de légendes françaises et bretonnes, découvrir comment elles vivent en parallèle de nous, mais aussi comment elles ont absorbé nos technologies et les ont associées à la magie, notamment avec l’apparition des technopathes.

J’ai trouvé que cet alliage magie/monde moderne était au top, tout en préservant le côté mythique des créatures que l’on découvre. Les personnages sont aussi très attachants, un peu en mode anti-héros, et j’ai hâte d’en découvrir plus sur eux. Je pense aussi qu’on peut voir le souci de diversité de l’autrice, même si il ne s’agit pas d’un Own Voice. Je n’ai qu’un mini mini bémol par rapport à ce livre: par moment, le vocabulaire partait un peu trop dans tous les sens, pas besoin de temps en faire! Et dans un des passages, les personnages parlent à Eliaz via une oreillette mais c’était assez étrange, des fois ses paroles étaient en italique, d’autres non, et puis tout le monde lui répondait à voix haute apparemment ….c’était assez bizarre, mais voilà ce n’est qu’un détail qui n’a pas tant gâché ma lecture! En résumé, enquête paranormale au coeur des légendes bretonnes à ne pas rater!

quatre

elise

Je me suis lancée dans ORACLE sans vraiment savoir dans quoi je m’embarquais ; premier roman d’urban fantasy pour ma part, je suis tout simplement ravie de l’avoir vécu avec ce roman. Plonger aux côtés de créatures issues de la mythologie celtique dans une aventure palpitante a été un régal, et le récit a totalement comblé mes attentes. J’ai été un peu perdue au début par la complexité de l’univers créé par Justine Morvan, ainsi que par la densité inattendue de sa plume ; par moment, les actions ou pensées des personnages conduisent à des réflexions philosophiques qui pèsent dans la fluidité du roman, sans toutefois le rendre trop lourd.

Au fil des pages, pourtant, on s’habitue très bien au rythme et surtout, on se prend d’affection pour les personnages, que l’on a envie de voir évoluer. Cette équipe soudée mais éclectique, aux membres aussi différents qu’intéressant, a quelque chose à nous apprendre de chaque expérience qu’ils vivent. Ça a été super agréable de m’immerger aux côtés de personnages à contre courant de la société dans laquelle ils ont évolué. J’ai également plutôt apprécié les nombreuses références à notre monde – usage de langage, philosophes plus ou moins connus, connaissances culturelles … je me suis parfois demandé jusqu’à quel point l’autrice allait faire référence à notre culture dans son roman, et parfois les traits d’humour étaient peut-être un peu trop poussés, mais dans l’ensemble j’ai trouvé ça rafraîchissant et bien utile pour garder un pied dans le réel et ne pas trop se perdre.

Venons-en à la chose qui m’a fait littéralement succomber pour ce récit ; le cadre spatial. J’habite en Bretagne et je suis plutôt au fait des légendes celtiques et créatures magiques issues de l’Armorique. Retrouver tout cet univers ici a été un véritable plaisir ; j’ai grandi en entendant parler d’elfes, de la forêt de Brocéliande, de korrigans, etc. J’ai eu un sentiment assez bizarre de présence en lisant ce roman, car j’avais l’impression de m’y retrouver et de comprendre totalement de quoi il retournait. De plus, j’habite à Rennes et une bonne partie de ce roman s’y déroule – sous le nom breton de Roazon. J’ai reconnu avec délices chacune des rues citées, j’ai retrouvé toute l’atmosphère de ma ville chérie à travers ces pages. Bref, j’ai adoré le setting du roman.

L’intrigue en soi n’est pas des plus innovantes mais l’aspect mythologie celtique et urban fantasy a complètement effacé l’aspect « commun » pour rendre l’aventure folle et palpitante ! J’ai adoré découvrir cette histoire et j’en avais même des frissons au moment des scènes les plus lugubres ! J’avais toujours envie de découvrir la suite pendant ma lecture, bref : ça a été une véritable réussite pour moi.

quatre