La rumeur raconte que le royaume d’Azfaréo est protégé par le pouvoir du Dragon Bleu… Mais depuis quelques temps, il ne pleut plus sur les terres, et l’équilibre est menacé. Le pouvoir du dragon serait-il en train de s’affaiblir ? C’est dans ce contexte que Rukul, héritière d’une famille de prêtres, est envoyée pour servir la créature mythique au sein du palais royal. La jeune fille, en échec familial, trouvera-t-elle sa place auprès du dragon ? Et quels secrets royaux découvrira-t-elle ?


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Akata. Merci à Guillaume pour sa confiance.

Le Royaume d’Azfaréo a une particularité : le pays dépend d’un dragon, animal de compagnie du roi. Lorsque le dragon est heureux, le pays prospère. Malheureusement, depuis plusieurs années, la situation du pays se dégrade, et la santé du dragon décline. Des jeunes filles, des prêtresses, se voient remettre la charge de s’occuper et soigner le Dragon Bleu, dans l’espoir d’améliorer le futur du royaume. Rukul est l’une d’elles, et jusqu’ici elle est la seule à avoir le courage nécessaire aux soins du dragon, qui est loin d’être docile.

Du point de vue de la forme, j’ai beaucoup aimé les dessins et le style des personnages. On retrouve les codes du shojo, avec des personnages aux traits doux, de grands yeux, et des décors assez épurés. L’histoire n’est pour le moment pas très développée, mais assez intéressante. J’espère que malgré le statut de shojo et de romance, qui se développe assez vite je dois dire, on en découvrira plus sur l’univers et sur Julius le dragon. Enfin, les personnages ne sont pas forcément les plus originaux que j’ai lu, mais ils fonctionnent très bien, ensemble et seuls. J’aime beaucoup Rukul, bien qu’elle soit un peu trop naïve par moment.

J’ai en revanche une petite remarque. Je trouve les tomes vraiment courts. Il y a environ 200 pages par tomes (ce qui est vraiment pas mal pour un manga, c’est vrai), mais l’histoire ne fait que 150 pages environ (pour chacun des 2 tomes). Une histoire n’ayant aucun rapport avec le manga complète le tome, et même si ces histoires sont sympas, je reste quand même sur ma faim. Malgré cette petite remarque, j’ai beaucoup apprécié ces deux premiers tomes et j’espère lire la suite prochainement !

quatre
philippine