Depuis le départ de sa mère, Abel est élevé d’une main de fer par un père rongé par le chagrin. Un mot, un geste, un affrontement de trop, laissera dans le coeur d’Abel des séquelles profondes et, sur son torse, une marque indélébile. Accompagné de son ami le plus fidèle, un « Jimmy Cricket » aux allurs de renard, le jeune garçon choisit de fuir pour mieux se reconstruire loin de la violence paternelle. Un périple à travers le pays fantastique marqué par des rencontres toujours plus extraordinaires, au cours duquel Abel devra faire la paix avec son histoire de famille et apaiser cette colère nouvelle qui monte en lui.


Chronique réalisée en tout honnêteté en partenariat Urban Link. Merci à eux pour leur confiance.

Middlewest nous plonge, dès la première page, dans cette relation intime qu’est celle d’un père et de son fils. Une relation qui n’est pas saine. Entre eux ne devrait y avoir qu’amour et bienveillance mais c’est plutôt la violence et la colère qui règnent. Une atmosphère tendue qui l’est encore plus par les couleurs aux tons froids, presque glacial, des dessins. J’aime beaucoup quand les couleurs varient en fonction des sentiments des personnages, ça met tout de suite dans l’ambiance sans même avoir lu encore une ligne. Des couleurs bleuâtres pour la violence, des couleurs rouges pour la colère et le reste pour le voyage, les rencontres. De plus, le style graphique est sublime. Je suis totalement fan des dessins.

L’histoire est touchante, dure. Abel s’enfuit avec son ami renard, il fuit sa maison, il fuit son père, il fuit la violence quotidienne. Ce père tellement enragé qu’il se transforme en ouragan qui ravage tout sur son passage. Tellement enragé qu’il blesse son fils. Ce dernier se retrouve alors avec des marques sur le torse, un trou dans le cœur. J’ai beaucoup aimé ces métaphores qui parleront à tous. Cela confère au récit un petit côté fantastique que j’ai apprécié. Par ailleurs, Abel et le renard rencontrent des forains qui ne sont pas innocents face à la magie présente dans ce monde. J’ai hâte d’en savoir plus sur eux puisque les éléments donnés sont encore un peu flous.

D’après ce que j’ai pu observer, Middlewest est le premier tome d’une série qui me parait passionnante sur un thème encore peu exploité que celui des violences familiales.

trois
louise