First Son Alex Claremont-Diaz is the closest thing to a prince this side of the Atlantic. With his intrepid sister and the Veep’s genius granddaughter, they’re the White House Trio, a beautiful millennial marketing strategy for his mother, President Ellen Claremont. International socialite duties do have downsides—namely, when photos of a confrontation with his longtime nemesis Prince Henry at a royal wedding leak to the tabloids and threaten American/British relations. The plan for damage control: staging a fake friendship between the First Son and the Prince. Alex is busy enough handling his mother’s bloodthirsty opponents and his own political ambitions without an uptight royal slowing him down. But beneath Henry’s Prince Charming veneer, there’s a soft-hearted eccentric with a dry sense of humor and more than one ghost haunting him. As President Claremont kicks off her reelection bid, Alex finds himself hurtling into a secret relationship with Henry that could derail the campaign and upend two nations. And Henry throws everything into question for Alex, an impulsive, charming guy who thought he knew everything: What is worth the sacrifice? How do you do all the good you can do? And, most importantly, how will history remember you?

✊🏽 Personnages racisés (personnages latinx)

🏳️‍🌈 Personnages LGBT+


Imaginez les Etats-Unis, en 2016. Les élections présidentielles se concluent avec une surprise : pour la première fois, une femme est élue et s’installe avec sa famille à la Maison Blanche. On suit Alex Claremont-Diaz, le Premier fils ultra populaire du pays, qui balance ses études avec ses ambitions politiques et son envie d’aider sa mère à gagner les prochaines élections. Entre en scène le Prince Henry, le petit-fils de la reine d’Angleterre, avec qui il entretient une longue relation de haine. Cet équilibre de détestation mutuelle sera brisé lors d’un scandale qui poussera les deux jeunes hommes à faire semblant d’être amis pour apaiser les tensions et les tabloïds. Et ce qui devait arriver arriva : Alex et Henry se rendent compte qu’ils s’apprécient beaucoup, voire un peu trop.

Ce livre est parfait pour toutes celles et ceux qui recherchent une romance ennemies to lovers (ennemis à amants) touchante, mais qui promeut des messages importants, avec une diversité de personnages à noter. Alex et sa sœur sont à moitié mexicains de part leur père, et l’entourage de la présidente est composée d’un nombre conséquent de personnages de la même origine. On peut également noter que de nombreux personnages font partie de la communauté LGBTQ+, et pas uniquement les deux personnages principaux. Et bien sûr, on ne peut pas oublier Ellen Claremont, la première présidente femme et divorcée des Etats-Unis. J’insiste sur divorcée, parce que c’est un point qui est souvent soulevé dans le roman, notamment car cela dérange la vision conservatrice de la famille de ses opposants politiques.

J’ai beaucoup aimé ce roman, et j’ai eu du mal à le lâcher. C’est le genre d’histoire qu’on dévore en une fois car on a besoin de connaître la suite. Ce que j’ai préféré dans cette histoire (outre la romance juste adorable d’Alex et de Henry) est l’incorporation de SMS, de tweets et d’articles à la narration classique. C’est un aspect que je cherche et que j’apprécie énormément dans les contemporains, et j’ai été bien heureuse de le retrouver ici. Le seul petit défaut que j’ai à relever dans ce livre est peut-être le manque de difficultés qu’Alex et Henry ont eu à affronter dans leur relation. Pendant les trois-quarts du récit, rien ne s’oppose à leur idylle à l’exception de leurs propres doutes. J’aurais aimé que la « menace » du monde extérieur et du jugement apparaisse plus tôt dans l’intrigue, car les cent dernières pages étaient juste explosives et dingues !

quatre
coralie