Il est ici question d’un temps où quatre royaumes magiques coexistaient sans encombre, et où tous sorciers étaient en mesure de voyager sereinement de l’un à l’autre. Londres en était chaque fois le coeur et l’âme, jusqu’à la chute de l’un des mondes, corrompu par une magie noire dévorante. Ses trois voisins, pour éviter la contagion, décidèrent de sceller les portails qui leur permettaient de communiquer entre eux. C’était il y a deux cents ans, et aujourd’hui certains craignent leur réouverture. Le prince héritier Maxim, fils du roi Nokil Maresh de Arnes (le Londres Rouge) fait partie de ceux-là. Son obsession est telle qu’il en délaisse même son propre peuple. Une situation que son père ne peut tolérer. C’est pourquoi il prend la lourde décision de l’exiler à Verose dans l’espoir de le voir se recentrer sur son avenir et les responsabilités qui siéent à son rang.

✊🏾 Cast de personnages noirs

:mega: Autrice queer

TW : violence, sang, mort


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Urban Link. Merci à eux pour leur confiance.

La trilogie The Steel Prince raconte l’histoire de Maxim Maresh, le père de Rhy Maresh et le père adoptif de Kell Maresh, héros de la trilogie Shades of Magic. C’est donc un préquel à la saga d’origine, et si vous ne l’avez pas lu, je vous conseille de le faire, mais sachez que ce n’est absolument pas un prérequis pour vous plonger dans ce comics, dans cette histoire. 

Avant d’être roi, Maxim était un prince, et ses actions lui ont values le titre de Prince d’Acier, The Steel Prince. Ce comics, en trois tomes, raconte comment ce prince, qui voulait être proche de son peuple, est devenu l’un des plus grands combattants de son époque et de son monde. 

© Urban Link

Shades of Magic étant ma saga préférée, je pense que vous vous doutez bien que j’attendais cette sortie avec impatience. Il est rare de voir un préquel directement publié sous forme de comics, et pour cette histoire ça fonctionne à la perfection. Sans être particulièrement fan du style graphique, je trouve qu’ils mettent bien en valeur le personnage de Maxim, et l’histoire dans sa globalité. On retrouve des personnages connus de la saga également, et j’aime pouvoir leur mettre un visage, même si plus de vingt années séparent les deux histoires. 

Le petit bonus que j’ai beaucoup apprécié dans cette publication, ce sont les 20+ pages d’interview de V.E. Schwab, d’analyse des personnages, et les pages “du script aux dessins”, qui sont une vraie valeur ajoutée, et très intéressantes à parcourir. Une très belle publication. 

philippine