Et si les réseaux sociaux devenaient le terrain de chasse d’un tueur en série brillant et méthodique ? Anna Santos, 15 ans, une fille sans histoire, bonne élève, rencontre pour la première fois au jardin du Luxembourg un ami avec lequel elle échange sur les réseaux depuis peu. Elle le trouve un peu plus vieux que sur sa photo de profil, mais ce n’est pas grave, se dit-elle. Elle n’aura jamais 16 ans. On retrouvera son corps enveloppé dans un sac poubelle au bord du périphérique, la première d’une longue série. Le capitaine Sara Lopez a récemment intégré une brigade spécialement créée pour arrêter l’homme qui viole et tue ces adolescentes sans laisser le moindre indice. Entre une enquête qui piétine, un collègue sex friend qui espère plus d’elle et une mère castratrice, elle se démène pour assumer sa condition de fille d’immigrés espagnols, de flic ambitieuse, de femme, d’amante. Un thriller où l’on suit en alternance le tueur qui rédige son journal pour la postérité, et des femmes et des hommes confrontés à des questions et des constats sur notre monde d’aujourd’hui : les réseaux sociaux, la crise de l’adolescence, celle de la trentecinquaine, l’amour, le sexisme…

TW : violences physiques, viol, trouble de stress post-traumatique, drogues, enlèvement, deuil, maltraitance infantile

✊🏽 Personnages racisés


“Là-haut les anges” fait partie de ces lectures qui vous hantent pendant un bon moment. Pourquoi ? À cause de l’horreur de ce qui est décrit et de sa forte résonance avec la société actuelle. Ce livre est construit suivant un schéma narratif qui apporte une dimension très intéressante à la lecture. On est plongé dans ce récit en suivant plusieurs angles de vue, ce qui donne une perspective générale et profonde des événements.

Dans un premier temps, on a accès aux extraits du journal du meurtrier. Ce que je retiens de ces carnets de l’horreur, c’est le regard qu’il porte sur la société et la vérité qui s’y dégage. Il est notamment question de l’exposition des jeunes sur les réseaux sociaux et des dangers qui s’y cachent. Ensuite, on suit la brigade chargée de l’enquête. On y découvre le personnage de Sara Lopez. Les chapitres la concernant oscillent entre sa vie personnelle et professionnelle. C’est une femme brillante en proie à des doutes concernant sa relation avec son coéquipier Stan. J’ai trouvé les inquiétudes de Sara complètement justifiées. Stan, quant à lui, est un personnage attachant, doté d’une belle personnalité et d’une patience sans égale. Enfin, l’intrigue évolue également en nous livrant le parcours des différentes victimes et de leur famille avant et après les événements.

Au fil des chapitres, l’intrigue reste dynamique et l’enquête est prenante. Aussi, la description des émotions et la psychologie des personnages sont savamment réalisées. De plus, la diversité des thèmes font que les longueurs ne sont pas véritablement gênantes. L’auteure arrive à stimuler notre attention jusqu’au bout. D’autres sujets tels que le sexisme, la trente-cinquaine viennent étoffer ce récit. La plume de Chris Roy est fluide, addictive et plaisante à lire. Au delà de l’aspect sombre et de la dureté de certains passages, ce livre soulève des réflexions utiles et actuelles.

quatre
ara