1861. Le spectre d’une guerre civile s’éloigne enfin dans cette Amérique qui vient de réélire le président Richard Clarks peu de temps après l’assassinat d’Abraham Lincoln, son plus farouche opposant… Redford J. Randall, chasseur de primes à la retraite, y dirige maintenant une société de convoyage basée à Hill Haven dans le Kansas : la Randall Delivery ! Après avoir accepté une mission pour le compte du gouvernement, Randall, son équipe et la mystérieuse cargaison deviennent la cible de tous les ruffians. De l’est vers l’ouest, en passant par les territoires indiens, le périple s’annonce mouvementé et le destin de la Randall Delivery semble plus que jamais lié à celui des États Unifiés d’Amérique.

✊🏾 Personnage noir, personnage natif américain

TW : mort, violence, racisme


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Ankama. Merci à eux pour leur confiance.

Lorsque j’ai feuilleté cette BD, la première chose qui m’a marqué, ça a été les couleurs que j’ai trouvé magnifiques : on a des tons de rouges, de bleu, de violet, de vert… On a des couleurs trop jolies, et ça donne juste très envie de se plonger dedans ! Au-delà de ça, si les couleurs sont parfaites, j’ai eu plus de mal avec les dessins, pas tellement dans le style en lui-même, mais plutôt parce que parfois l’action n’était pas assez lisible selon moi, j’avais parfois du mal à voir ce qu’il se passait exactement.

J’ai aussi trouvé quelques longueurs, mais je pense que c’est que je ne suis pas très familière avec les western. On a un long voyage, et donc toute l’action tourne autour de ce périple et des rencontres qui s’y font, pas toujours de bonnes rencontres évidemment. Mais de manière générale, j’ai été peu investie dans l’intrigue ou peu attachée aux personnages…

© Ankama

Le contexte de base, autrement, était très intéressant, il s’agit d’une uchronie, ce que j’aime beaucoup. Le contexte restait parfois un peu flou pour moi, pour le coup, on a une chronologie sur l’intérieur de la couverture qui est bien utile, mais donc j’ai trouvé l’idée de départ très bonne, avec la question de la place des natifs américains, puisqu’il y en a un dans la troupe notamment. J’ai aussi beaucoup aimé le passage sur la mort, les traditions, leur religion.

deux
angele