Ayant découvert qu’il était l’un des trois enfants divins de la Prophétie, Ulysse n’a plus le choix : avec l’aide de son amie Kenza, une demi-déesse égyptienne, il va devoir sauver le monde … Rien que ça ! Pour cela, le duo aux pouvoirs extraordinaires doit partir en quête de trois portes magiques qui le rapprocheront de Celui qui dort d’un sommeil éternel… Dont le réveil en fanfare menace la Terre, les dieux de l’Olympe et du Nil ! Mais le troisième enfant de la Prophétie, victime du sortilège d’Apophis, s’est retourné contre eux. Son objectif : précipiter la fin de l’humanité et des dieux…
Qui a dit que la vie de demi-dieu était facile ?

Retrouvez notre chronique du tome 1.


Chronique réalisée en tout honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Fleurus. Merci à Claire pour sa confiance.

C’est avec plaisir qu’on retrouve le duo très complémentaire de Kenza et Ulysse, toujours plongés dans leur quête pour sauver leurs parents…et le monde entier ! A la recherche d’indices pour découvrir et réaliser enfin la prophétie, nos deux héros rencontrent moults personnages mythologiques que l’on connait bien mais que l’on découvre pourtant, tant l’auteur s’approprie les figures emblématiques de la mythologie en les adaptant à son récit. C’est donc un plaisir de suivre la fin de leurs aventures à travers le monde, avec cette note d’humour et de bienveillance toujours au rendez-vous. Avec une petite touche de gravité et de responsabilité plus importante que dans le premier tome, Ulysse et Kenza mûrissent au fil des épreuves qu’ils rencontrent et des personnes, avec de bonnes ou de mauvaises intentions, qu’ils croisent. J’étais curieuse de savoir comment le récit allait se terminer, preuve que l’histoire se déroule bien, même si quelques points m’ont parfois dérangés…

Sans surprise, le récit est destiné à un public jeune, on est averti en le commençant, je n’aurais donc pas dû être étonnée des facilités que l’on rencontre dans les aventures de nos deux protagonistes. Pourtant, certains points m’ont paru vraiment trop faciles, dans le sens où la difficulté a été largement contournée, alors que ça aurait pu être intéressant de confronter pour approfondir un poil l’histoire ; je pense que c’est le format de deux tomes qui veut ça, et qu’un troisième tome pour boucler proprement l’histoire n’aurait pas fait de mal. Car voilà ; la fin m’a parue bâclée, peut-être un peu trop facile justement ; c’est la scène de fin qui m’a laissée vraiment perplexe, que je ne dévoilerai pas pour éviter les spoils, mais que je n’ai pas trouvée nécessaire, qui n’ajoute rien au récit et qui tombe là un peu comme un cheveu sur la soupe.

Pour conclure, je dirais tout de même que c’est une duologie vraiment chouette qui met en avant des personnages drôles, complémentaires et un peu inattendus. David Pouilloux réinvente les mythes antiques à sa façon et s’approprie les figures mythologiques de manière originale et attachante. J’ai adoré me plonger dans ces romans, et même si je regrette un peu la fin facile (car je pense qu’il n’est pas nécessaire d’en faire trop quand on a de bons éléments moteurs), je recommande largement La Prophétie d’Ulysse à petits et grands enfants qui adoreront découvrir ces mythes d’une autre façon.

trois

Un univers et une intrigue toujours aussi prenants

Ulysse et Kenza se retrouvent à voyager au travers des mystérieuses portes afin de se rapprocher un peu plus de la vérité. Quelle est donc cette Prophétie ? David Pouilloux réinvente les mythes à sa façon et nous plonge en plein coeur de ces cités antiques : les personnages emblématiques sont revisités et d’une manière assez atypique, il faut le dire. L’intrigue reste toujours aussi prenante et ça fonctionne : j’ai vraiment eu envie de connaître le fin mot de cette histoire. Ulysse et Kenza se retrouvent à devoir faire face à certaines responsabilités et à faire de lourds choix également… Et parfois ce n’est pas pour le meilleur ! La quête pour retrouver leurs parents respectifs semble semée d’obstacles mais heureusement qu’ils peuvent compter sur des protecteurs, parfois très inattendus.

Un final… précipité ?

Pourtant, si la première moitié du roman m’a beaucoup plu, j’ai trouvé la fin du récit très précipitée, et peut-être un peu « bâclée ». Les révélations, tant attendues, notamment sur la parenté de nos petits demi-dieux, m’ont laissé perplexe : je suis très déçue de voir que l’auteur a choisi une certaine facilité. Cela n’apporte rien à l’intrigue en tant que telle… Cela arrive, un peu « par hasard », et surtout c’est tellement prévisible que cela gâche notre lecture (à mon sens) mais soit. Les scènes d’affrontements sont très vite expédiées à leur tour et j’ai eu du mal à passer d’une scène à l’autre sans lire de réelle transition. Alors, certes, ça permet de garder une dynamique, mais quand il y en a trop, ça donne un petit effet brouillon. Je pense qu’il aurait été préférable d’avoir un troisième tome, permettant de bien poser l’intrigue de cette suite et de faire grandir, un peu, les personnages.

Le mot de la fin

Cela reste tout de même une superbe duologie pour les plus jeunes, notamment, traitant la mythologie d’un œil neuf. L’auteur ne se cantonne pas qu’à une seule mythologie, il explore les caractères des mythologies grecques et égyptiennes, et nous fait découvrir des personnages emblématiques et surtout atypiques. La touche d’humour est bien présente tout au long de notre lecture et on se plaît à suivre les aventures (assez étonnantes et folles) de nos deux protagonistes principaux.

trois
lilie