« Visage écrasé contre le cuir. Odeur de voiture neuve.
Je ne peux pas bouger. J’ai été kidnappée. Je ne peux pas bouger.
J’ouvre les yeux. Ça fait mal. Mais j’aperçois mon frère, Nikolai.
— Nik ?
— Tout va bien, Lexi, je vais te trouver de l’aide.
Oh, putain, cette fois, il l’a fait. Il a décidé de me sauver. »
Voilà comment je me suis retrouvée coincée au Clarity Centre, un hôtel de luxe pour les accros en tout genre. Pour moi, c’est un peu Alcatraz avec un spa. Chacun son poison. Pour Ruby, c’est la bouffe. Pour Kendall, c’est l’excès inverse. Pour Saif, c’est la drogue (aucune originalité), comme moi. Et Brady… Brady, le beau gosse de service, c’est un grand mystère. Bref, on forme une belle bande de déglingués. Et la nouvelle venue, Sasha, semble encore plus tarée que les autres. La grande question : sommes-nous prêts à être clean ?

🧠 PS neurodivers, PS anorexique, PS hyperphage

🏳️‍🌈 PS transgenre, autrice transgenre

TW : drogues, mutilation, transphobie, tca, grossophobie, mort


Dans Clean, Juno Dawson nous immerge dans la vie de Lexi Volkov au moment où celle-ci est au plus mal. Elle a dix-sept ans, elle est une riche héritière, elle vit à Londres, est connue, mais elle a une très forte addiction aux drogues. Son frère ayant peur pour elle, il décide de l’envoyer sur une île privée, sur laquelle se trouve un centre de désintoxication pour personnes fortunées. Là bas, elle va devoir prendre conscience de la spirale dans laquelle elle est tombée, comprendre pourquoi elle en est arrivée là, et comment guérir sur le long terme, sans retomber dans l’addiction, qui est si facile à assouvir dans son milieu. 

Je pense que c’est la première fois que je lis un livre sur ce sujet, et très honnêtement, j’ai adoré. Je trouve le sujet très bien traité, nous montrant l’effet de l’addiction sur les pensées de Lexi, qui changent au fur et à mesure qu’elle devient sobre. Elle grandit mentalement dans ce centre, en arrêtant de ne penser qu’à elle pour aider dans la mesure de ses moyens les autres pensionnaires. 

J’ai beaucoup aimé le fait que l’autrice ait essayé d’inclure l’addiction sous toutes ses formes, avec des pensionnaires souffrant de troubles du comportement alimentaire, des troubles obsessionnels compulsifs, alcoolisme, etc. Le contexte fait qu’on a accès à leurs histoires également, et à quelques bribes de leurs thérapies. Ces personnages portent l’histoire et j’ai trouvé que c’était une attention très sympa. 

Pour finir, je dirais que c’est un très bon livre, avec des thèmes difficiles à aborder mais très bien menés, aux personnages intéressants et à l’histoire simple mais efficace. On s’attache aux personnages, on s’attache à Lexi, et on est presque triste de leur dire au revoir à la fin du livre. Une belle réussite !

cinq
philippine