Et en écho à ma détresse des rires me parviennent, se moquant de l’ironie du sort. Je me retourne et je vois au loin des enfants faisant des pirouettes dans le skate parc. Voilà, c’est le début de ma peine. » Alice, enceinte de 5 mois apprend que le bébé qu’elle porte est atteint d’un syndrome provoquant de lourdes malformations et qu’elle doit subir une interruption médicale de grossesse. Entre déni, incompréhension et colère, elle va tenter de faire son deuil et d’avancer. L’espoir d’une nouvelle grossesse et une rencontre imprévue vont bouleverser sa vision de la vie, de la famille et du monde.


Dans ce roman, on découvre Alice, jeune femme pleine de vie, en couple depuis plusieurs années avec Loïc, mais secrètement amoureuse de son ancien prof de fac. Quand celui-ci la recontacte après qu’elle a arrêté ses études, elle fonce. Elle oublie Loïc qui partage son lit, elle oublie ses sœurs qui lui disent de se méfier. Elle se fiche de tout parce qu’elle va enfin avoir un moment en tête-à-tête avec Eric. Evidemment, tout ne se passe pas comme dans le conte de fées qu’elle s’était imaginée et voilà qu’Eric s’éloigne puis se fait oublier, laissant Alice démunie face à ses rêves brisés. Pour se remettre de cette déconvenue, elle décide d’enfin se concentrer sur son couple. Sur Loïc. Sur les rêves qu’il porte pour eux deux, à savoir, fonder une famille.

Pour être honnête, ce début ne m’a pas emballée. Je n’avais pas envie de lire de la romance, je n’avais pas envie d’une comédie légère et cette Alice me saoulait déjà. Mais bien vite on entre dans le vif du sujet et Alice tombe enceinte. Et tout aussi vite elle en est à devoir subir une IMG parce que le bébé n’est pas viable. Autant vous dire que si quelques pages plus tôt, j’avais envie de lui mettre des claques, au moment où elle apprend qu’elle porte un bébé qu’elle va devoir laisser partir, je voulais la prendre dans mes bras pour lui faire un câlin.

S’en suit alors tout le combat d’une mamange et Lily B. Francis pose alors les mots sur ces sentiments si dévastateurs que ressentent les paranges.

Il ne se rend pas compte que c’est une coulée d’espoirs, des moments de bonheur visualisés et fantasmés, des mots doux et tendres murmurés, l’image de l’enfant bercé contre son sein qui s’en va en une trainée de sang. Pourquoi personne ne nous dit que ce sont toutes ces images, tous ces espoirs qui partent en fumée, qui s’envolent dans l’éternité lorsqu’on perd un bébé ?

Tout y passe : le silence des autres, les mots maladroits, le sentiment d’injustice, la colère, la solitude et enfin le difficile combat pour garder la tête hors de l’eau. Pour décider de vivre malgré tout. Alice sera forte parce qu’elle ne sait pas faire autrement. Elle se reprendra en mains, trouvera du travail, se mettra à la danse. Fera des projets. Décidera d’oublier ce bébé. Mais ça n’est qu’à travers l’acceptation de ce qu’il s’est passé et le difficile travail de deuil qu’elle réussira à avancer.

Lily B. Francis a écrit ce roman en réponse à la douleur qu’elle a ressenti lors de la perte de sa fille. Grâce à celui-ci, elle apporte un soutien aux paranges, elle leur dit ‘vous n’êtes pas seuls’ mais elle aide également les personnes qui n’ont pas vécu ce drame à accompagner ceux qui l’ont vécu. A mon sens, ce roman est également un guide à glisser entre toutes les mains des personnes qui fréquentent des paranges.

cinq
angelique