Chloe Brown is a chronically ill computer geek with a goal, a plan, and a list. After almost—but not quite—dying, she’s come up with seven directives to help her “Get a Life”, and she’s already completed the first: finally moving out of her glamorous family’s mansion. The next items? Enjoy a drunken night out. Ride a motorcycle. Go camping. Have meaningless but thoroughly enjoyable sex. Travel the world with nothing but hand luggage. And… do something bad. But it’s not easy being bad, even when you’ve written step-by-step guidelines on how to do it correctly. What Chloe needs is a teacher, and she knows just the man for the job. Redford ‘Red’ Morgan is a handyman with tattoos, a motorcycle, and more sex appeal than ten-thousand Hollywood heartthrobs. He’s also an artist who paints at night and hides his work in the light of day, which Chloe knows because she spies on him occasionally. Just the teeniest, tiniest bit. But when she enlists Red in her mission to rebel, she learns things about him that no spy session could teach her. Like why he clearly resents Chloe’s wealthy background. And why he never shows his art to anyone. And what really lies beneath his rough exterior…

✊🏾 Personnages noires et rondes

Handicap invisible

TW: fibromyalgie, douleurs chroniques, handicap invisible, dépression, capacitisme, langage érotique, contenu adulte


Get a life, Chloé Brown est un roman qui m’a attiré pour sa jolie couverture, et son titre équivoque. En décidant de le lire, je m’attendais à découvrir une romance feel-good, avec des thématiques inspirantes. Pourtant, à la fin de cette lecture, j’en suis ressortie un peu mitigé.

Un roman qui prône la diversité, et on en redemande.

C’est le gros point positif de cette lecture. L’auteure n’a pas fait les choses à moitié. Le personnage principal est une femme noire et ronde. Elle est entourée d’une famille généreuse et adorable que j’ai apprécié rencontrer. Même si j’aurais aimé que ces relations avec ces derniers soient plus développées. Toujours sur l’aspect de la diversité, l’auteure nous propose une héroïne atteinte de douleurs chroniques. J’ai trouvé intéressante la façon dont ces problèmes de santé ont été traités. On ressent de l’empathie pour Chloé. On découvre avec tristesse, l’impact de sa santé sur ses relations amicales et sociales qui vont la conduire à s’enfermer dans une bulle pour se protéger. Mais pas pour longtemps. En effet, lorsqu’elle échappe de peu à un accident, elle décide de reprendre sa vie en main en élaborant une liste de tâches à suivre. Nous suivrons donc Chloé dans cette aventure. On découvrira ainsi une jeune femme courageuse, qui malgré les difficultés fera des choix pour réapprendre à vivre.

Une lecture enrichissante sur les relations toxiques

J’ai beaucoup apprécié les échanges entre Red et Chloé. Tous les deux viennent de relations difficiles. J’ai aimé leurs réflexions et la manière dont les sujets étaient abordés. Chacun essayant à son niveau de s’en sortir. Ce qui ne les empêchait pas d’être à l’écoute l’un de l’autre. C’est un aspect de leur relation qui m’a plu. On a ici deux personnages en souffrance, qui essaient de faire des choix réfléchis pour ne pas refaire les erreurs du passé. Et pourtant, c’est de ces erreurs qu’ils tireront certaines leçons.

Un trop-plein d’érotisme qui essouffle une intrigue pourtant prometteuse.

C’est malheureusement ce qui m’a gâché un peu cette lecture. La romance a évolué à la vitesse d’un TGV. Pour deux personnes qui ne s’appréciaient pas du tout, j’étais assez surprise de voir qu’il n’a fallu qu’un seul incident pour que les deux protagonistes n’arrivent plus à se passer l’un de l’autre. Pour moi, ça manqué de « naturel ». Tout semblait forcé, pour nous amener à adhérer à cette relation. Entre fantasmes exagérés, langage cru inutile (à certains moments), et bien d’autres points, rien n’allait. À la fin, le dernier coup d’éclat m’a semblé sans intérêts car trop exagéré.

deux
awa