Juste un mot, c’est une correspondance entre deux frères séparés ; séparés à la fois physiquement et caractériellement, car ils sont deux frères que tout oppose. L’un est calme, respecte les règles et aime la compagnie, l’autre est agité, à le don de se fourrer dans les problèmes et ne supporte plus leurs parents. L’un entre au collège, l’autre est enfermé pour des raisons que nous ne connaissons pas mais pouvons aisément deviner. L’un est Paul, l’autre est Lou-Victor. Séparés, ils vont entamer une correspondance électronique qui va remettre beaucoup de choses en question, jusqu’à changer leurs vies respectives. Au travers de mails, SMS et petits mots, nous rencontrons les différentes personnes qui rythment la vie de ces deux frères et qui auront un impact irréversible sur leurs vies.


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Auzou. Merci à Emmanuelle pour sa confiance.

Paul est un personnage captivant ; à la fois innocent et très mature, il est confronté à divers problèmes dont il n’a pas toujours la solution et n’hésite pas à demander de l’aide à son grand-frère. Leur relation est d’ailleurs curieuse ; distants lorsqu’ils étaient réunis sous le même toit, c’est une fois que de nombreux kilomètres les séparent qu’ils se rapprochent et apprennent à se connaître et à s’aimer. C’est d’ailleurs une chose dont j’ai adoré être témoin ; l’amour de ces deux frères, se construire et se solidifier, un amour qui n’a pas eu la chance de flamber mais qui finit par être déclaré. J’ai été très touchée par la bienveillance et la présence de Lou-Victor pour son petit frère alors que celui-ci se fait frapper et racketter et qu’il n’a personne vers qui se tourner, que ce qu’il vit lui semble fataliste et qu’il ne comprend pas pourquoi il devrait tenter de changer les choses.

Même l’irruption de Loubna dans sa vie tombe parfaitement au bon moment et les choses s’enchaînent avec une convergence remarquable. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé le choix de l’auteur de ne pas nous en dire plus sur ce qui lie Loubna à Lou-Victor, car ça m’a poussé à me questionner et imaginer un tas de choses plus ou moins plausibles pour expliquer leur relation. J’ai également beaucoup apprécié le personnage de Lou-Victor, que je n’ai pas cerné dans toutes ses profondeurs mais que j’ai trouvé touchant et juste, courageux et plein d’espoir. On comprend que c’est une personne qui a des problèmes mais qui essaie de s’en sortir, on ne les connaît pas en détails mais ce flou autour des événements est adéquat ; on imagine, on invente.

A-t-on vraiment besoin que les choses soient toujours explicitées ? Quoi qu’il en soit, c’est un personnage qui sait où il en est et qui essaie de s’en sortir autant que d’aider les autres, et j’ai trouvé ça beau et fort. Tous les personnages, avec ce qu’ils vivent et ce qu’ils sont, ajoutent au récit une dimension réelle et humaine. J’ai beaucoup aimé découvrir l’histoire de ces deux frères.

trois

Juste un mot pour définir ce roman : nécessaire. J’aime lire les histoires destinées aux plus jeunes car souvent elles racontent ce que j’aurais aimé entendre à cet âge. Et ça n’a pas manqué ! Frédéric Vinclère dans ce livre nous offre une magnifique correspondance entre deux frères pas si proches que cela. D’une part parce que l’un est dans un « internat » et d’autre part, car au sein de cette famille le dialogue est rompu depuis un moment. Mais tout change lorsque le plus petit, Paul, est victime de harcèlement au collège. Lou-Victor, son grand-frère, le découvre et décide de lui laisser un mot pour l’aider et l’inciter à en parler. Va alors s’en suivre de nombreux mails échangés et peu à peu, les deux frères vont se rapprocher. Puis, d’autres personnages vont entrer dans le cœur de ces derniers.

J’ai adoré suivre cette histoire et voir la pudeur entre ces deux frères s’effriter pour laisser place à de la tendresse et de l’amour. De plus, j’ai été également très touchée par le comportement de Lou-Victor, cet ainé, qui tente d’aider son petit frère à sortir de ce cercle infernal qu’est le harcèlement. Grâce à ses conseils, ce dernier va oser en parler et ce message que passe l’auteur est important pour ceux qui liront le roman et qui sont peut-être également confrontés à cette situation. Cependant, l’auteur à travers cette correspondance ne va pas tout nous révéler. Beaucoup de non-dits, de secrets, resteront dans l’intimité de cette famille mais cela s’inscrit parfaitement dans le cadre de ce récit où au final le plus important reste l’évolution de ces derniers qui vont se découvrir, apprendre à se connaître bien qu’ils vivent ensemble depuis des années et à briser cette distance qui les entourent.

Je trouve que le portrait des deux frères ne fait qu’accentuer l’optimisme que l’on ressent tout au long de l’histoire. L’un est innocent et entre à peine dans l’adolescence, l’autre est beaucoup plus mystérieux, sombre mais tente de se reconstruire. Le lecteur va alors apprendre à les connaître et l’auteur nous permet d’aller au delà des préjugés qui auraient pu découler des actes de Lou-Victor. Cette histoire qui n’en dit pas tant au final n’en est que plus belle et j’ai aimé découvrir ces deux frères et voir l’évolution de leur relation et de leur vie. L’auteur parvient parfaitement à dénoncer le harcèlement mais également à montrer de belles amitiés, un amour fraternel qui réussit à sauver les deux personnages et in fine la reconstruction de liens qui étaient brisés.

note : cinq sur cinq mais ce n'est pas un coup de coeur, l'oeuvre est à ne pas manquer.
Photographie d'une des chroniques de cet article