Elles étaient tels le jour et la nuit, et pourtant elles n’étaient rien l’une sans l’autre. Deux soeurs, un seul phénix… Qui l’oiseau de feu choisira-t-il ?Autrefois, j’avais une sœur, que j’aimais de toutes mes forces. Pourtant, si j’avais su, je l’aurais haïe. Mais qui a jamais pu contrôler les mouvements de son cœur ? Véronika regarde brûler dans l’âtre deux œufs de phénix sur le point d’éclore… Dire qu’il y a quelques années à peine, de puissantes reines sillonnaient encore le ciel sur le dos de ces bêtes légendaires ! Sa sœur Val et elle ne rêvent que d’une chose : chevaucher ces animaux mythiques comme leurs parents avant elles. Malheureusement, une telle audace est désormais punie de mort, et ceux qui pratiquent la magie sont traqués sans merci. Toutes deux vivent donc dans la clandestinité… Si seulement l’un de ces phénix pouvait venir au monde, leur vie en serait bouleversée ! Mais qui des deux sœurs l’oiseau de feu choisirait-il ? Et qu’adviendrait-il ensuite d’elles ? Car ce que Véronika ignore, c’est que tous les dresseurs de phénix ne sont pas morts ou emprisonnés. Un petit groupe, retranché dans une forteresse au sommet des montages continue de résister. Le seul problème ? Ils refusent, désormais, d’entraîner des femmes. Véronika va-t-elle les laisser édicter toutes les règles ? Réincarnation, secrets oubliés, magie noire et souffle de l’aventure…

✊🏽 Personnages racisés

Retrouvez ma chronique du tome 1.


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec Lumen. Merci à Hermine pour sa confiance.

Après avoir adoré le premier tome de Soeurs de sang édité aux éditions Lumen, je me suis plongée avec joie dans le deuxième tome de cette trilogie. Le premier m’avait offert un univers splendide, infiniment bien construit et ficelé, des personnages héroïques et ambivalents, bien que parfois clichés, et un système de magie bien développé. Les phénix offraient une touche en plus à cet univers me tenant à cœur. Et pourtant… le tome deux m’a déçue. Si d’autres chroniqueuses avaient trouvé le premier tome lent, empli de longueurs, cela n’avait pas été mon cas. Mais j’ai eu cette impression tout le long de ma lecture du deuxième roman. J’avais pourtant envie de l’aimer car l’univers m’intéressait toujours autant. Mais, à mon sens, les 757 pages de cet énorme pavé ne sont aucunement justifiées.

Il est compliqué de noter ce roman car je l’attendais énormément mais il est si lent, rempli de monologues intérieurs répétés et qui n’en finissent pas, ainsi que des points de vue de personnages pas toujours intéressants. Comme dans le premier tome, la narration est alternée, cette fois entre Veronyka, Val, Tristan et Sev. Et seul celui de Veronyka m’a réellement happée. Jusqu’à la quatre-centième page, il ne se passe… pas grand-chose, pour peser mes mots. On a des séances d’entraînements, des monologues intérieurs qui sont utiles à l’intrigue quand cela prend cinquante pages, mais pas autant de chapitres. A mon sens, le livre aurait pu faire 350 pages au vu de son intrigue.

J’aime toujours autant le personnage de Veronyka, ainsi que sa relation avec Tristan qui est vraiment adorable. Toutefois, j’ai trouvé que Veronyka ne faisait que répéter toujours les mêmes erreurs, notamment avec sa soeur. Elle essaye de la sauver alors que l’on sait qu’elle est toxique du début à la fin. En points positifs tout de même : les temps d’action, quand il y en a, sont vraiment happants, tandis que la fin est vraiment géniale et nous donne vraiment envie, malgré tout, de nous plonger dans le tome 3, qui ne sort en anglais qu’en juin 2021, donc il faut encore attendre pour la sortie française.

deux
lolita