L’idée du siècle de mes parents ? Déménager! GRRRR Résultat: je n’ai plus d’amies. Zéro = rejetée. Pour ajouter à ma liste dramatique: un frère idiot, une soeur louche, une mère accro à Facebook, une nouvelle école, et zéro ami! Je suis miss abandonnée! C’est à mon journal que je confie mon « Toomuch » de tout. En espérant qu’il reste secret…


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Kennes . Merci à Ben pour sa confiance.

Dans ce premier tome, on fait la rencontre de Luna. C’est une préadolescente de 11 ans qui nous raconte ses petits tracas du quotidien. Lorsqu’elle déménage avec sa famille, la fillette n’est pas ravie du tout. Elle doit s’intégrer dans son nouveau collège. Malheureusement, ce n’est pas facile pour notre héroïne qui passe de fille populaire dans son précédent collège, à une personne isolée. La solitude la ronge. Alors, elle retrouve un peu de réconfort, en écrivant dans son journal intime.

La personnalité solaire et un tantinet « drama queen » de Luna m’a beaucoup fait sourire. J’ai apprécié sa façon singulière et enfantine de mettre des mots sur ses émotions. C’est très important à cet âge de pouvoir exprimer son ressenti devant différentes situations. Et Luna le fait plutôt bien. J’ai apprécié suivre son évolution dans son nouveau collège. Elle va user de différents stratagèmes pour mieux faciliter son intégration. Luna est une personne pleine de ressources, comme le dévoilera cette intrigue.

La couverture pétillante est à l’image du contenu de ce roman qui est égayé par de jolies illustrations. La taille et le style de la police rendent la lecture plus aisée. Ce premier tome du journal de Luna a été une jolie surprise. On retrouve des thèmes variés tels que la solitude, l’amitié, les premiers sentiments amoureux, et les petits conflits fraternels qui à cet âge prennent souvent des proportions extra. J’ai trouvé plaisant de découvrir cette jeune héroïne se livrant sur sa vie de famille, ses joies et ses désillusions. C’est une lecture qui devrait plaire à la cible visée. Le seul mini bémol pour moi, c’est la référence concernant le professeur aux cheveux crépus que je n’ai pas aimé.

trois
awa