Lei, the naive country girl who became a royal courtesan, is now known as the Moonchosen, the commoner who managed to do what no one else could. But slaying the cruel Demon King wasn’t the end of the plan—it’s just the beginning. Now Lei and her warrior love Wren must travel the kingdom to gain support from the far-flung rebel clans. The journey is made even more treacherous thanks to a heavy bounty on Lei’s head, as well as insidious doubts that threaten to tear Lei and Wren apart from within. Meanwhile, an evil plot to eliminate the rebel uprising is taking shape, fueled by dark magic and vengeance. Will Lei succeed in her quest to overthrow the monarchy and protect her love for Wren, or will she fall victim to the sinister magic that seeks to destroy her?

TW : viol, violence physique et psychologique, abus, traumatisme

✊🏽 Personnages asiatiques

🏳️‍🌈 Personnages principaux LGBTQ+

📣 Autrice ownvoice

Retrouvez la chronique du tome 1.


Dans la lignée du premier tome intitulé Girls of Paper and Fire, celui-ci m’a embarquée du début à la fin et j’ai apprécié chaque partie et chaque caractéristique de ce roman. La plupart du temps, je préfère les premiers tomes de sagas et je préfère rarement les suites dans les trilogies mais celui-ci fait exception. Une intrigue prenante et un univers vraiment intéressant à découvrir : assassins, démons, conspiration, magie, shamans. Nous assistons ici à un parfait équilibre entre action, humour et émotion. Bien que le premier tome était déjà sombre, celui-ci l’est beaucoup plus d’après moi.

Girls of Storm and Shadow met en lumière plusieurs thèmes comme les difficultés rencontrées lors du processus de guérison suite à un traumatisme (ici viol, abus et violence), la question de survie et la liberté de disposer de son propre corps et de pouvoir faire ses propres choix. Concernant les personnages, nous ne trouvons ici pas de concept opposant le mal absolu au bien. La plupart des personnages ont une personnalité complexe que l’on ne peut catégoriser comme bonne ou mauvaise. Ils sont captivants et nous pouvons assister à une forte relation LGBT.

L’autrice nous délivre un message puissant au nom des femmes et des personnes souffrant d’un traumatisme, quel qu’il soit. Il n’y a rien de plus fort qu’une personne ayant enduré les plus grandes difficultés et qui continue à lever ses poings et à se battre encore et encore. La question suivante se pose en fin de récit : mener de mauvaises actions pour le bien général vaut-il la peine ?

cinq
kelly