Ralph Beauchamp, 28 ans, propriétaire d’une entreprise spécialisée en publicité (basée à Ottawa, Canada), se rend coupable d’un meurtre, laissant sa femme enceinte de leur premier enfant. Lors de son incarcération, en pleine crise identitaire, il se met à la recherche de ses parents biologiques. Sa quête va le mener à découvrir que sa victime était son frère biologique et le poussera à analyser la société canadienne en profondeur. Et si derrière le meurtre se cache une tout autre vérité ?

✊🏽 : Personnages noirs, arabes, chrétiens et musulmans.


Chronique rémunérée réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec Ghislain Kezi. Merci à lui pour sa confiance.

En commençant ce roman, je m’attendais à un roman policier et quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que ce n’en était pas un ! J’ai été déçue et même assez perdue pendant une trentaine de pages car je ne comprenais pas la direction que prenait le récit. Thriller psychologique ? Secret de famille ? Tranche de vie ? Finalement, il s’est révélé être tout ça à la fois !

En effet, malgré un début rendu laborieux par mon incompréhension, je suis rapidement passée outre mon désarroi pour apprécier la plume fluide de l’auteur et l’aspect psychologique du récit. Les personnages quant à eux sont bien construits, réalistes et leurs questionnements nous poussent à nous interroger sur de nombreux thèmes. Et, si au début j’ai eu du mal à cerner le personnage principal, j’ai rapidement commencer à amasser avec joie les pièces du puzzle géant de sa personnalité. Plus j’en apprennais sur lui, plus le roman semblait se complexifier !

J’ai aussi particulièrement aimé la deuxième partie du roman. D’abord pour les nombreux personnages secondaires qui rentrent en scène et qui ne sont pas laissés pour compte au cours de l’histoire. Au contraire, on en apprend davantage sur eux et leur présence rajoute une profondeur au roman.

Cette seconde moitié m’a aussi intrigué par la quantité de secrets qui y sont dévoilés. Et c’est grâce à cela que l’intrigue avance et que tout un pan de l’histoire est remis en cause. Une des révélations m’a notamment prise de court et j’ai été très agréablement surprise par la capacité de l’auteur à me berner avec facilité. Dans les toutes dernières pages, il a su changé de manière impressionante le prisme à travers lequel on perçoit les personnages et leurs actes. J’ai tout remis en cause plusieurs fois et pourtant je n’ai pas réussi à anticiper le dénouement du roman !

De plus, j’ai apprécié la dimension spirituelle du roman. Les références à la Bible m’ont semblé bien placées et étayaient les réflexions existentielles des personnages avec pertinence. La représentation des personnages musulmans était quant à elle de qualité. On voit que l’auteur a effectué de vraies recherches concernant les mots et formules en arabes qu’il utilise et c’est très agréable.

Mais, ce roman m’a confonté à un problème de taille : son rythme décousu. En effet, l’histoire a mis somme toute du temps à démarrer et le milieu était assez mou. Les rebondissements, pratiquement tous situés dans les 90 dernières pages, ont brillé par leur absence au début de ma lecture. En conclusion, j’ai dû persévérer pour découvrir une intrigue intelligente et une fin qui vaut le coup d’oeil !

hajar