Quand la vie prend un virage aussi terrible qu’inattendu, comment se réinventer et garder espoir dans l’avenir ? Léa a 16 ans, un talent immense et un rêve à réaliser. Entraînée par son père, qui est à la fois son modèle, son meilleur ami et son confident, elle avance avec confiance vers cet avenir tout tracé. À 17 ans, Anthony, obligé de faire face à l’absence de son père et aux gardes à vue de son frère, ne rêve plus depuis longtemps. Ils se sont croisés une fois par hasard ; ils n’auraient jamais dû se revoir. Pourtant, lorsque la vie de Léa s’écroule, Anthony est le seul à pouvoir l’aider à se relever. Leurs destinées s’en trouvent à jamais bouleversées.

✊🏽 Personnage secondaire noir

📣 Auteure ownvoice (syndrome de Marfan)

TW : deuil


Ce livre a été une belle découverte. En me plongeant dans les premières pages, je ne m’attendais pas à le lire d’une traite, et pourtant, ce fut le cas. Ce récit renferme un concentré de choses qui en fait une lecture remarquable.

Dans ce roman, on a des ingrédients qui apportent une profondeur et de la richesse à l’ensemble. J’ai découvert à travers ces lignes, le syndrome de Marfan, une maladie héréditaire, qui touche le tissu conjonctif. L’auteur prend le temps de développer ce sujet de façon détaillée en proposant une intrigue solidement ficelée et passionnante. Le texte est fluide et porteur d’espoir. J’ai apprécié la construction de ce récit, porté par des personnages forts, réalistes et attachants.

D’autres thématiques sont également très présentes. Il s’agit notamment du deuil et du sexisme dans le milieu sportif. Concernant ce second thème, j’ai apprécié avoir un personnage principal féminin qui excelle dans le milieu du basket. C’est une démarche formidable qui m’a plu. Être témoin de l’évolution de Léa, de ses difficultés dans ce domaine m’a encore fait plus aimé son personnage.

J’ai commencé à me répéter en boucle cette phrase que mon père me rabâchait sans cesse quand je me plaignais qu’on me fasse payer continuellement le fait d’être une fille dans un milieu de garçons: « C’est comme ça, ce sera toujours plus difficile pour les filles, mais tu peux en faire ton excuse ou tu peux en faire ton histoire. » C’est valable pour n’importe quel obstacle que je croiserai sur mon chemin: je peux en faire mon excuse pour abandonner ou je peux en faire l’histoire que je raconterai quand j’aurai réussi.

La romance est mignonne. Elle évolue intelligemment et apporte une dimension intéressante et forte à l’ensemble. La relation saine qu’entretiennent Léa et Anthony est inspirante. Anthony est un garçon adorable, doux et attentionné. Le dénouement m’a réchauffé le cœur. Pour les choix difficiles qu’elle a fait, les épreuves traversées, son empathie et sa générosité, Léa est indiscutablement mon personnage préféré. C’est une héroïne admirable.

Dans la littérature young adult francophone, c’est assez rare de trouver des histoires avec des personnages atteints d’une maladie. C’est rassurant de constater que le changement s’opère. Je suis contente d’avoir lu ce livre et vous encourage à le découvrir.

quatre
awa