Depuis la mort de sa femme Esther, Olaf, éleveur de rennes en Laponie, vit seul avec ses deux filles de quinze ans, Lotta et Solveig. Bien que jumelles, elles sont pourtant très différentes. Solveig est d’allure très fragile, mutique, enfermée dans son monde et ne communique quasiment pas avec son entourage. Lotta parle pour deux. Dynamique et déterminée, elle est très attachée à sa sœur et la protège contre les éventuels dangers extérieurs. Lotta veut devenir chamane. Mais une longue et difficile formation attend l’adolescente qui devra affronter plusieurs dangers. Lotta n’espère qu’une chose : entrer en relation avec les esprits et retrouver celui perdu de Solveig. Arrivera-t-elle à mener à bien sa formation ? Et pourra-t-elle ramener facilement l’esprit perdu de sa sœur ? 


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Jungle. Merci à Clémentine pour sa confiance.

La couverture m’a tout de suite attirée avec ses couleurs douces et l’amour qui émane des deux soeurs, l’ambiance avait l’air cosy. Et je ne me suis pas trompée, tout est doux et plein de beaux sentiments dans cet ouvrage. Je ne connais pas autant que je le voudrais la Laponie et ce fut un beau moyen de découvrir le peuple Sami et leurs coutumes, comme la course en rennes, et leur rapport au chamanisme, central pour la communauté ! Les couleurs sont sublimes, douces et fraiches dans la neige et plus chaudes lorsque la jeune Lotta prend part aux séances spirituelles avec le chaman. Connaissant le chamanisme, j’ai été émerveillée de le voir illustré de cette manière, avec les animaux totems et les voyages en transe. Cela donne un aspect un peu fantastique à la bande-dessinée, mystérieux et sauvage !

Le personnage de Lotta est assez fort, elle se bat pour ceux qu’elle aime, et ce malgré ce qu’on lui impose. Suite à la mort de leur mère, sa soeur jumelle Solveig, est devenue mutique et apparait comme très fragile par rapport à elle. Mais j’ai trouvé qu’elles formaient un superbe duo fusionnel et le trait de l’illustratrice est si beau qu’il semble que la jeune fille parle à travers ses yeux. Pour retrouver son âme, Lotta se lance coûte que coûte dans les voyages chamaniques, à errer dans les limbes de l’esprit. Mais elle veut tout, tout de suite, et les esprits ne lui accordent pas l’accès à celui de sa soeur. Il faudra donc qu’elle réalise tout un travail de patience et de respect pour ce qui l’entoure pour sauver sa soeur. Elle m’a un peu agacée par son insistance sur le mauvais chemin, mais cela est compréhensible vu son âge et son aveuglement à cause de la colère. Mais ça participe à l’intrigue, qui du coup, s’avère un peu répétitive mais somme toute logique, évitant l’écueil d’une résolution trop rapide !

© Jungle

L’ensemble est si onirique que je manque d’adjectifs pour évoquer à quel point on se sent entouré de douceur et envouté à la lecture. C’est mignon, la famille et la confiance sont des valeurs très mises en avant, tout comme l’apprentissage de la vie. On évoque aussi la jalousie par un personnage masculin peut-être un peu manichéen, parce que méchant gratuitement. Heureusement, le père des jeunes filles est attachant car il essaye de bien faire, malgré sa vision de la vie déjà tranchée. On sent qu’il les aime profondément et qu’il travaille dur pour les rendre heureuses. Je suis juste un poil déçue de la fin, qui est abrupte car j’aurais aimé voir les deux soeurs ensemble après ce bel évènement. Cependant, elle est vraiment émouvante et les couleurs pastel sont parfaites pour l’illustrer. Hâte de voir ce que la suite va donner, car cela aurait pu se terminer ici en vérité !

quatre
graziella