Alexander Leander Donagh est un avocat brillant, redoutable, qui soumet le monde entier à son charme. Lorsqu’il jette son dévolu sur Mark, son collègue, leur vie prend un virage étourdissant.

 🏳️‍🌈 Personnages LGBTQ+


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec Belfond. Merci à Claire pour sa confiance.

Le jeune Lord Donagh hérite de la fortune familiale lorsque son grand-père décède. Il demande alors à Mark, ami et collègue, de l’épauler dans cette épreuve. Malgré les circonstances, Mark apprend à connaître son patron et tente de percer à jour ce personnage si charismatique. Outre son titre, Alex brille dans tous les domaines. C’est un avocat excellent, autant redouté que respecté. Il entretient une relation avec Dimitri, un danseur étoile adulé par la presse et le public. Mais en dehors de cela, Alex est un homme charmant et charmeur. Le monde entier est à ses pieds depuis sa naissance. Pourtant, l’intérêt qu’il porte à Mark est bien au-delà de la simple amitié ou d’une relation efficace professionnellement. Prêt à tout pour le faire chavirer, Alex ne reculera devant rien. Mark pourtant, fou amoureux et heureux aux côtés de Joyce, a du mal à identifier ce qu’il ressent pour cet homme.

Dans cette romance, beaucoup de clichés sont au rendez-vous. Alexander est le stéréotype du sex-symbol sur pattes : beau, charismatique, intelligent, riche, mystérieux, imposant, obsédé par le contrôle de ses émotions et de l’image qu’il renvoie, dominateur, il passe du chaud au froid en un claquement de doigts. Absolument tout le monde lui mange allègrement dans la main, il obtient toujours ce qu’il veut et manipule son entourage sans scrupule. Homosexuel, « mais pas trop », aussi raffiné que brutal… L’archétype de ce genre de personnage est vu et revu en littérature. Il manque cruellement de nouveauté et de piment. Le schéma classique de la romance d’un homme gay qui tente l’homme hétéro, rentre aussi dans ce travers. Le pauvre Mark est une victime attachante, tourmenté par ses désirs et par ceux d’Alexander, qui semble parfois dépourvu de volonté et de personnalité. Joyce et Dimitri sont eux aussi, de pauvres petits insectes pris au piège dans la toile d’Alex.

Malgré cette avalanche de banalités, la lecture reste fluide et agréable. La tension sexuelle et érotique est omniprésente. Le jeu de séduction entre les protagonistes transpire l’électricité et pour cela, c’est un pari réussi. Objet de toutes les convoitises est une romance ordinaire, qui ne sort pas du lot, mais demeure sympathique. Si vous cherchez un roman audacieux et original, vous ne tournez néanmoins pas les bonnes pages ici. En revanche, si vous êtes à la recherche d’une lecture facile sans prise de tête, c’est le livre qu’il vous faut.

deux
elodie