Sô Uehara retourne à l’hôpital en bord de mer où il était alité quelques semaines plus tôt. La plupart de ses anciens compagnons, victimes d’une étrange épidémie aussi soudaine que mortelle, ont fini par périr, et les rares survivants sont toujours hospitalisés. À cette occasion, Sô se remémore les événements qui bouleversèrent le monde : d’abord l’apparition de la maladie et la manière dont elle s’est propagée, tuant la majorité des adultes et octroyant des capacités exceptionnelles aux enfants… puis leur arrivée, et la bataille qui s’en suivit.


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Ofelbe. Merci à Grégoire pour sa confiance.

J’ai été avant tout attirée par la couverture que je trouve vraiment très jolie. Bon, je pensais initialement que c’était un manga mais au final je suis contente d’avoir reçu un light novel, ici un récit avec de magnifiques illustrations. Le récit commence en intégrant directement le lecteur dans le vif de l’action. En effet, l’histoire va s’ouvrir sur un décor qui nous est maintenant (malheureusement) familier, un contexte sanitaire avec notamment un hôpital. L’auteur va alors faire des allers-retours entre le passé et le présent mais également entre l’hôpital et le village du personnage principal.

L’histoire est pleine d’actions et de tragédie avec une atmosphère apocalyptique, de fantasy et une intrigue d’épidémie. Je ne peux pas dire que j’ai beaucoup aimé au vu de cette dernière année mais que c’était un récit à la fois familier et innovant, ce qui pour moi en fait sur ce point là une réussite. Cependant, je trouve que l’histoire était un peu décousue à certains moments, qu’elle avait tendance à être difficile à suivre et je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. Enfin, les illustrations ont rajouté un plus à l’histoire, bien qu’il y en ait très peu.

trois
maya