Lira est la sirène la plus dangereuse de l’océan. Elle a déjà pris le cœur de dix-sept princes qui sont tombés sous son charme. Mais un jour, tout bascule lorsqu’elle tue l’une de ses semblables. Pour la punir, sa mère la Reine des Mers transforme Lira en ce qu’elle déteste le plus : une humaine. Elle lui donne alors jusqu’au solstice d’hiver pour lui apporter le cœur du Prince Elian, ou bien elle restera sous cette forme pour l’éternité. De son côté, le Prince considère l’océan comme sa vraie demeure, même s’il est l’héritier du plus grand des royaumes. Chasser les sirènes est sa raison d’être. Mais lorsqu’il sauve une jeune femme qui se noie, il est loin de se douter de sa vraie nature… Pour le remercier, elle lui promet de l’aider à trouver le moyen de détruire toutes les sirènes, mais peut-il vraiment lui faire confiance ?


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions De Saxus. Merci à eux pour leur confiance.

Le Royaume Assassiné est l’histoire de Lira, une princesse sirène, et d’Ellian, un prince presque pirate. Chaque année, les sirènes doivent arracher le coeur d’un humain, et chaque année, Lira prend celui d’un prince. Le but est simple : déstabiliser les royaumes humains tout en faisant plaisir à sa mère la reine des mers, et prouver ainsi sa valeur en tant qu’héritière. Mais cette année, elle brise les règles et prend un coeur avant d’en avoir l’autorisation. La punition est immédiate, cette année elle devra prendre le coeur d’un marin, une insulte pour cette “Dévoreuse de Princes”. Ellian est un prince qui a un but dans la vie : mettre fin aux massacres perpétrés par les sirènes. C’est le marin le plus connu, le “Tueur de Sirène”, et cette fois, il cherche activement la Dévoreuse de Princes. 

Vous l’aurez peut-être compris, ce livre est une réécriture de La Petite Sirène. En bien plus sanglant cela dit. Exit la sirène belle, douce, qui veut découvrir le monde des humains, et bonjour la sirène aux dents pointues, aux griffes acérées, et aux coeurs humains enterrés dans le sable. Aux oubliettes également le coup de foudre au premier regard, on est sur une histoire d’ennemis, avec un slow-burn de qualité. Et je dois dire que c’est vraiment pour ça que j’ai aimé ce livre. J’ai trouvé l’univers plutôt bien construit, les personnages intéressants et l’histoire sympathique. 

En revanche, je n’y avais pas fait attention pendant ma lecture parce que j’étais vraiment dans l’histoire, mais il y a des problèmes de concordance des temps. Certains passages changent de temps sans raisons, parfois d’un paragraphe à l’autre. Certaines personnes ont également relevé des fautes ou des oublis de mots, ce n’est pas mon cas, mais encore une fois, quand je suis prise dans une histoire, j’ai tendance à lire vite et à ne pas faire attention à ce genre de choses. Je pense qu’une dernière relecture aurait été nécessaire avant publication. 

En conclusion, je passe tout près d’un coup de coeur. Je pense cependant que j’aurais préféré le lire en anglais, parce que certains passages me paraissent un peu bizarres dans la formulation. En revanche j’ai adoré l’histoire, et je trouve que c’est une bonne réécriture de La Petite Sirène.

quatre
philippine