Du jour au lendemain, un grand mur s’est élevé, coupant la ville en deux. Les amis ont été écartés. Les amoureux ont été séparés. Les familles ont été déchirées. Mais un petit garçon est déterminé à réunir sa famille, quels que soient les dangers…


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Kimane. Merci à Jeanne pour sa confiance.

Récit jeunesse… mais pas que !

Cet album jeunesse permet d’aborder un pan de notre Histoire assez dur : la construction du mur de Berlin dans les années 1960. Le narrateur que nous suivons est un jeune garçon qui a vu sa famille être séparée. Se retrouvant avec sa mère d’un côté du mur, le père du garçon se retrouve être seul, de l’autre côté… Le jeune garçon va alors tout faire pour réunir sa famille et retrouver son père, quitte à creuser un tunnel… Derrière le mur est un très bel album, tant sur le fond que la forme, et permet d’aborder des notions historiques avec les plus jeunes. L’album peut totalement servir de base pédagogique, même si l’intrigue et le récit sont relativement « simples » et la résolution est totalement idéale…

Une dichotomie visuelle troublante

Le point que j’ai adoré dans cet album (et plus que le récit en lui-même) est la netteté visuelle que nous offre Tom Clohosy Cole. Je ne sais pas vraiment comment le dire mais : c’est un régal pour les yeux. L’album est nettement découpé en deux tendances qui s’affrontent : le tragique de ce mur, qui sépare des personnes qui s’aiment, et l’espoir fou d’aller au-delà de ce mur. Les pages sombres entrent en opposition totale avec des pages colorées symbolisant l’espoir, la joie et la réunion de la famille. Au fil de notre lecture on voit les couleurs changer, allant du bleu foncé, noir, à du orange, jaune : bref des couleurs plus chaudes. Le coup de crayon de Tom Clohosy Cole est vraiment épatant, très troublant aussi (j’ai eu quelques frissons).

quatre
lilie