Prudence est une jeune lesbienne dans le placard qui découvre la vie parisienne… David est un étudiant gay dont la vie tourne presque exclusivement autour de son engagement associatif et de son meilleur ami… Jade, militante féministe et anti-validisme, essaie de faire entendre sa voix sur les réseaux sociaux… Ina, déjà dans la vie active, doit jongler entre son travail, ses deux associations et ses activités d’autrice Wattpad… Ensemble et aux côtés de leurs amis, ils essaient, tant bien que mal, de s’entendre, pour publier HoMag, une revue LGBT+. Mais entre amour, études, travail et autres réalités du quotidien, la vie n’est pas toujours simple, pour celles et ceux qui ne rentrent pas dans le moule d’une société trop formatée. Suivez leurs vies, leurs errances, leurs luttes, durant toute une année scolaire, à travers un récit choral aussi ambitieux que stimulant.

TW : alcool, transphobie, validisme, racisme, lesbophobie, grossophobie, TOC, cissexisme, homophobie

✊🏾 PP noire, PP arabe, PP d’origine vietnamienne, PP d’origine coréenne, PP métisse pakistanais, PS musulmane voilée

🏳️‍🌈 PP bi.e.s, PP lesbiennes, PP gays, PP pansexuelle, PP asexuel et panromantique, PP non-binaire, PP transgenre, auteur queer

🧠 PP avec un TOC, PP autiste

PP à mobilité réduite

PP grosse


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Akata. Merci à Guillaume pour sa confiance.

Tant qu’il le faudra est l’histoire de jeunes adultes LGBTQ+ bénévoles pour HoMag, une revue LGBT gratuite. Tous ont des profils très différents, mais se considèrent comme de très bons amis, avec qui ils peuvent parler de tout ou presque. Certains ne sont pas out, et c’est pour eux une véritable bouffée d’air frais.

Ce qui m’a le plus marqué dans cette histoire, c’est la crédibilité. Les personnages sont loin d’être parfaits et loin d’être tous déconstruits. Comme je le disais, on est face à un groupe aux profils très diversifiés, avec des personnes racisées, des personnes bies, des filles lesbiennes, des garçons gays, un garçon transgenre asexuel, une personne non-binaire autiste, une personne à mobilité réduite et j’en passe. Je n’ai jamais vu un casting aussi diversifié, et cela donne lieu à énormément de situations qui peuvent vite tourner au vinaigre. Et c’est en ça que j’ai trouvé le récit très crédible : ils ne sont pas tous déconstruits sur les questions du féminisme, du racisme, de certaines problématiques LGBT, de la grossophobie ou encore les neurodivergences. Parfois, cela vient même du personnage concerné, avec par exemple Prudence qui a honte de son TOC et fait tout pour le cacher, de peur de se faire rejeter. Et lorsqu’une déconstruction s’opère, elle se fait sur le long terme. 

J’ai beaucoup aimé découvrir les différentes problématiques de chaque protagoniste, grâce aux différents points de vue, et même si l’un des personnages est clairement trash, on voit qu’il y a une certaine bienveillance les uns envers les autres, et de la place à l’amélioration de soi. Je ne suis pas une adepte des romances, mais de temps en temps, avec un cast aussi incroyable, je pense que ça vaut le coup de sortir de sa zone de confort, et je ne suis clairement pas déçue. J’ai eu un peu de mal au début avec l’écriture, mais finalement j’ai bien accroché et j’ai dévoré ce livre ! Je recommande fortement !

cinq
philippine

Ce roman, à la croisée des chemins entre romance et contemporain, nous propose de suivre plusieurs personnages, leurs vies, leurs combats, leurs amours… et qui ont tous un point commun, ils font partie de la communauté LGBTQ+ et d’un magazine qui les rassemble. À vrai dire, ce fut pour moi une première fois pour beaucoup d’éléments, et c’est une vraie réussite, une révélation même. Je n’avais jamais lu d’ouvrage avec autant de points de vue, avec une telle polyphonie et je suis étonnée que ce soit aussi fluide à la lecture ! Les personnages se complètent et leurs vies qui s’entremêlent sont passionnantes à suivre.

À vrai dire, l’écriture de Cordelia est tout aussi impressionnante. Ça se lit tout naturellement, il y a des pointes d’humour de manière récurrente, et j’ai pouffé à de nombreuses reprises. Ce roman est authentique et cela notamment grâce à la profondeur et la pluralité des personnages. J’ai eu un coup de coeur pour Jade et Ina, attachantes et dont les réflexions m’ont profondément marquée. Mais tous m’ont touchée à leur manière, même David ou Harry, qui sont parfois, disons, difficiles à cerner.

C’est aussi le premier livre avec autant de diversité, avec un aspect si militant que j’ai pu lire. Il y en a si peu par chez nous, et c’est terriblement nécessaire d’y avoir accès. Il nous fait réaliser purement et simplement nos privilèges et l’on saisit tout ce que peuvent vivre les gens au quotidien, puisqu’en plus d’homophobie et de transphobie, il est également question de validisme et de racisme. On se rend compte de bien des choses et qu’on n’est jamais tout à fait déconstruits, qu’il y a toujours du travail. Ce roman est d’utilité publique, il aide à la remise en question, il est pédagogue en un sens et surtout, il représente beaucoup de personnes qui ne le sont pas assez, et je n’imagine même pas à quel point cela doit faire du bien aux personnes concernées.

cinq
graziella