« Voici des histoires vraies d’une petite fille que grand’mère a beaucoup connue dans son enfance ; elle était colère, elle est devenue douce ; elle était gourmande, elle est devenue sobre ; elle était menteuse, elle est devenue sincère ; elle était voleuse, elle est devenue honnête ; enfin, elle était méchante, elle est devenue bonne. » La comtesse de Ségur présentait ainsi « Les Malheurs de Sophie » à sa petite-fille avec qui elle aimait tant partager ses histoires. Ce texte incontournable est repris ici dans son intégralité et illustré par Fabienne Delacroix pour en faire un moment de lecture et de partage en famille.


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Hervé Chopin. Merci à Agnès pour sa confiance.

Qui n’a jamais entendu parler du grand classique des Malheurs de Sophie ? Ce roman jeunesse n’a eu de cesse d’être adapté depuis la parution du roman : dessins animés, bande-dessinées et albums ont donné un visage à Sophie. Et pour cause, cette petite fille est en quelque sorte la représentation de l’enfance, de l’apprentissage, des premières bêtises et premières réflexions de l’adulte en devenir. Ainsi, on peut dire que Sophie est un personnage en qui tout le monde peut se reconnaître à une certaine période de sa vie, et c’est ce qui a permis à cette héroïne de traverser le temps et d’être, encore à notre époque, l’inspiration de nouvelles adaptations.

Cette adaptation de Fabienne Delacroix nous propose de reprendre le grand classique et de le regarder à travers le prisme de graphismes qui ont la particularité d’être à la fois très modernes et l’écho d’une esthétique ancienne. En effet, l’illustratrice et ses coups de pinceau créent un visuel coloré parfaitement en phase avec l’intemporalité du récit. Il est assez rare d’observer des illustrations à la peinture dans les albums actuels, ce qui donne à cet ouvrage le goût de l’originalité. Le soin apporté à chaque « tableau » est clairement visible et participe à la brillante réalisation de l’œuvre dans sa globalité. On peut s’imaginer que l’espiègle Sophie vient de trouver ses authentiques traits, deux siècles après sa création.

© Hervé Chopin

Outre le fait que ce classique soit à mettre dans les mains des plus – et moins – jeunes, cette nouvelle version illustrée apporte une réelle valeur ajoutée au texte. La mise en page aérée et très agréable rend le tout absolument délectable à la lecture.

cinq
amelie