Je m’appelle Léone, je suis faite pour le rugissement. J’ignore quelle grognasse de fée s’est penchée sur mon berceau il y a 21 ans, mais j’ai un talent certain pour la baston. Le problème quand tu es une meuf et que tu as le coup de poing facile, c’est que, niveau mecs, tu es condamnée au supplice de Tantale. Ma mère pense que je vais droit dans le mur, avec mes conneries – en même temps, elle est flic… alors forcément, on a deux trois divergences de vue. Et puis c’est complètement faux ! Ma vie est pleine de projets sérieux : faire la fête avec mes amis, recouvrir Paris de graffs anarchistes, draguer avec la finesse d’un char d’assaut, renverser le patriarcat, soigner mon look de leadeuse d’un groupe punk… De toute façon, je suis sûre que si je fonce assez fort dans le mur, j’arriverai à passer au travers. Et qui sait ce qu’on trouve, de l’autre côté… L’amour ? Mouais. L’amour, c’est comme les grenades dedésencerclement : ça finit toujours par t’exploser à la figure.

🏳️‍🌈 Personnages queer

✊🏾 Personnages arabes et métisses


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Sarbacane. Merci à Laure pour sa confiance.

Dans ce roman à la plume piquante et drôle, on suit Léone qui n’a ni la langue ni le poing dans sa poche ! Cette anarchiste au look punk fait partie d’un groupe de rock et pratique l’artivisme. Dans un registre moins palpitant, elle est aussi baby-sitter et dog-sitter… Une vie bien chargée qui ne correspond pas aux attentes de sa mère ! Mais lorsqu’elle perd le chien dont elle a la garde, sa vie pourrait prendre un tournant inattendu.

J’ai beaucoup aimé ce roman atypique qui dépeint des personnages aux convictions fortes, aux caractères très différents mais avec en commun un humour noir hilarant. La narration est portée par le ton sarcastique de Léone et on s’attache rapidement à cette protagoniste qui casse les codes et qui se joue des apparences. J’ai énormément ri des situations cocasses dans lesquelles elle s’embarque tout en admirant son engagement politique. Les personnages secondaires sont eux aussi haut en couleur et je me suis attachée à leur singularité.

De plus, je ne me suis pas ennuyée une seconde dans cette histoire au rythme effréné, à l’image de la vie de Léone. Les actions se sont succédées sans lourdeur les unes aux autres et, même si certains événements m’ont parfois paru improbables, l’ambiance du roman les rend malgré tout crédibles. L’intrigue est construite intelligemment et est agréable à découvrir malgré un schéma classique.

La vraie originalité de ce roman réside dans son côté volontairement politique. On a des personnages jeunes dont la vie tourne autour de leurs engagements et on en apprend plus sur l’écologie, l’anarchisme et l’anti-capitalisme. J’ai trouvé cet aspect intéressant et percutant. Finalement, le petit moins de ce roman est la romance assez classique, attendue et pas forcément captivante en comparaison des péripéties que vivent les personnages.