Larabelle découvre une boîte étrange lors d’une de ses visites dans les égouts de Havre-du-roi. Ce qu’elle ignore, c’est que cette boîte contient un sort extrêmement puissant, et que de nombreuses personnes le recherchent : les sorcières, la terrible Mme Hester, et une créature inquiétante nommée Jack Dombre. Alors que Mme Hester déclenche l’Infinuit, une terrible malédiction, seul le sort contenu dans cette boîte peut sauver Larabelle, ses amis… et le royaume tout entier.


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Auzou. Merci à Emmanuelle pour sa confiance.

Larabelle est une jeune orpheline qui s’est échappée de son orphelinat et qui est parvenue à survivre en devenant glaneuse : elle traîne dans les égouts afin de trouver de quoi survivre. Pièces, bijoux à échanger, vieilleries, Larabelle trouve de tout lors de ses visites dans les égouts mais un beau jour, elle tombe sur une drôle de boîte en bois contenant un oiseau. Cette découverte va à jamais changer sa vie et lui permettre de lever le voile sur son passé.

En parallèle, nous suivons d’autres personnages comme Mme Hester, une terrible magicienne avide de pouvoir qui a pour objectif ultime de libérer l’Infinuit afin de afin de réaffirmer son pouvoir. Mais aussi Jack Dombre, un djinn mystérieux aux ordre de Mme Hester et Double Huit, un mage blanc condamné à rester au service de la couronne, en quête de liberté.

J’ai trouvé très intéressant de suivre à tour de rôle les différents personnages. On oscille d’un point de vue à un autre, ce qui vient enrichir le récit et nous permet de mieux comprendre les différentes actions et réactions des protagonistes. L’écriture est fluide et on ne se perd pas entre les différents points de vue. De plus, j’ai trouvé les personnages assez recherchés, relativement hétéroclites et il est facile de s’y attacher. Jack Dombre, par exemple, est un personnage complexe plutôt difficile à cerner qui m’a fait ressentir des émotions contradictoires tandis que Double Huit est un jeune homme courageux, d’une sincérité et d’une émotivité touchante, ce qui le rend prévisible mais terriblement attachant.

Cependant, et je ne me l’explique pas entièrement, je n’ai pas été portée par l’histoire. L’univers est intéressant, la façon dont l’auteur a choisi de traiter la magie est novatrice et la narration est sympathique. Mais malgré des personnages intéressants, je trouve que le schéma narratif reste très prévisible et la fin vraiment expéditive. C’est donc une lecture sympathique de par ses personnages et son univers original mais qui reste dans un schéma de littérature jeunesse plutôt classique et prévisible.

trois
mathilde

Dans la cité où vit Larabelle, la magie est crainte par la population et contrôlée par Mme Hester qui a à son service une armée de mages blancs lobotomisés. Ces derniers exécutent les sorciers dissidents et font régner l’ordre dans la ville. Mais entre les sorciers qui se rebellent et un terrible sort capable de déclencher « l’Infinuit » qui sombre dans les égouts où Larabelle vit, notre héroïne est embarquée dans un conflit qui la dépasse. 

J’ai trouvé cette lecture jeunesse assez sympathique. En effet, même si le plot du roman est assez classique, l’univers et le traitement de la magie valent clairement le détour. Les codes de la sorcellerie sont remaniés avec intelligence et sonnent comme des clins d’œil discrets à des œuvres plus connues. Je suis entre autres admirative devant les baguettes magiques se rechargeant telles des revolvers à l’aide de sorts en bouteille et de l’utilisation du dessin pour les fabriquer. De plus, j’ai apprécié que des entités magiques moins classiques et issues des légendes orientales comme le djinn soient intégrées au récit. Tous ces points permettent à cette histoire de se démarquer et de présenter un univers relativement original.

Malheureusement, je n’ai pas autant accroché à l’intrigue. Les premiers chapitres sont assez longs à mettre l’action en place et, même si on est finalement embarqué dans le récit, je n’ai à aucun moment été prise de court. Ce qui est vraiment dommage car le style d’écriture fluide et plutôt joli ainsi que l’alternance des points de vue parfaitement maîtrisée rendent le roman très agréable à lire. 

Si j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages durant les premières pages, j’ai finalement été attendrie par Larabelle, Jo et Double Huit ! De plus, la complexité du personnage de Jack Dombre m’a plu et énormément intrigué. C’est un personnage travaillé, qui m’a fait ressentir des émotions contradictoires et qui est une vraie plus-value dans l’histoire. Finalement, c’est une lecture qui m’a fait passer un bon moment, avec des personnages attachants et un univers qualitatif mais une intrigue pas assez originale !