D’un hiver sans fin naît l’espoir d’un printemps radieux
L’Or Ailé, de la cité immortelle, est descendu des cieux.
Seigneur ou roturier, lequel deviendra son suivant ?
Serviteur, conseiller, dévoué ou confident
Dans le labyrinthe d’Œtrange, il devra le guider
Du royaume de Ronces, aux Brumes emplies de danger.
De l’hiver au printemps, de l’obscurité à la lumière
Percerez-vous les secrets de L’Or Ailé venu sur Terre ?

🏳️‍🌈 Personnages LGBTQIA+


Chronique réalisée en toute honnêteté suite à un partenariat avec les éditions Mnemos. Merci à Nathalie pour sa confiance.

De Vincent Tassy, j’ai lu (et adoré) Effroyable porcelaine et Comment le dire à la nuit, tous les deux des romans fantastiques. Cet auteur a un univers gothique bien à lui et une plume empreinte de poésie, qui m’emporte à chaque fois. J’étais donc curieuse de le découvrir dans le genre de la fantasy, et sans grande surprise c’est une réussite, je suis conquise à 200% !

Ce one-shot se suffit à lui-même (ni trop court ni trop long, et dieu sait qu’en fantasy c’est pas toujours le cas ahah), avec un juste équilibre entre la présentation de l’univers et l’histoire, qui est maîtrisée du début à la fin. Je ne vais pas vous en dire beaucoup plus sur le récit, je vous laisse le découvrir par vous-même, mais sachez que je ne me suis pas ennuyée une seconde, là aussi le mélange entre l’action et les passages plus calmes est bien dosé.

Les personnages sont variés et intéressants, j’ai beaucoup aimé l’alternance de points de vue qui permet d’en savoir un peu plus sur chacun d’eux et de s’y attacher. D’ailleurs, ils vont certainement me suivre quelques temps, c’est le genre de personnages qui marquent, par leur originalité et leur authenticité (je sais pas si ça a un sens ailleurs que dans ma tête).

Et comme je le disais au début, la plume, mais la pluuuuume (oui je m’enflamme) ! La manière d’écrire de Vincent Tassy instaure une ambiance particulière que je n’arriverai même pas à décrire… J’ai lu un commentaire sur Livraddict qui le qualifie de « roman hors du temps », et je trouve que c’est exactement ça, c’est une sorte d’OLNI (comme un OVNI, mais au lieu de voler il se lit) qui est un vrai régal quand on se laisse porter. Ça en fait aussi une lecture à double tranchant, je ne pense pas que ça plaise à tout le monde, cette partie gothique peut dérouter les amateurs de fantasy classique, mais à mon sens c’est ce qui fait son charme ! Et on y retrouve quand même une partie des codes habituels de la fantasy (le sexisme en moins ahaha).

Dans ce roman, encore une fois, Vincent Tassy nous raconte l’Amour avec un grand A (oui je sais c’est cucul quand c’est moi qui le dis), et je dois dire que c’est l’un des seuls auteurs qui réussit l’exploit de me faire apprécier des romances, tellement elles sont belles et bien racontées (quoique rarement joyeuses, on en est même un peu à l’opposé, c’est peut-être ça qui fait qu’elles marchent si bien).

Vous l’aurez compris (ou peut-être pas), j’ai passé un excellent moment avec ce roman, qui confirme que cet auteur rejoint doucement mais sûrement mes favoris, et je vous conseille de découvrir ses écrits, en particulier celui-ci, si vous êtes prêts à sortir de votre zone de confort avec une histoire de fantasy gothique hors normes.

cinq